chronique album

Only Revolutions

Date de sortie : 02.11.2009
Label : 14th Floor Records/Warner
****
Bookmark and Share

Comment continuer à évoluer et élargir son univers musical sans décevoir les fans de la première heure ? Les membres de Biffy Clyro ont certainement du réfléchir à la question plus d’une fois lors de l’élaboration de leur cinquième album Only Revolutions (dont le nom est emprunté au livre éponyme de Mark Z. Danielewski) qui sort ces jours-ci dans nos contrées. Et à l’écoute de la bête, on peut affirmer sans aucun doute que nos trois écossais ont su trouver la solution tant ce nouveau disque s’affirme comme une réussite quasi-totale.

Pourtant, il faut bien avouer que la découverte de The Captain a de quoi laisser perplexe à la première écoute : après une introduction martiale très réussie, on est d’abord surpris de la place de choix laissée aux arrangements et aux cuivres ainsi que de ce couplet basse/batterie très pop, puis on fronce carrément les sourcils sur ce refrain en forme d’hymne avec ses Woh Oh Oh Oh qu’on imagine scandés par un stade entier de supporters impatients. Mais au final, dans la droite lignée de ce Puzzle si déroutant qui avait illuminé l’année 2007, le morceau remporte l’adhésion, écoute après écoute, notamment grâce à son final magistral et l’enchainement imparable sur le single That Golden Rule qui nous replonge avec joie et fureur dans le Biffy Clyro des débuts.
A l’image de ce début d’album, le trio écossais va en effet constamment miser sur l’alternance entre tubes pop-rock plus accessibles et brûlots incandescents ravageurs pour aboutir à un album étonnant de maturité et d’identité.

D’un coté donc, des tubes à la pelle : l’ancienne Mountains qui s’intègre parfaitement dans ce nouvel album, et impossible de ne pas penser aux Kings Of Leon sur l’intro de l’imparable Bubbles qui bascule elle aussi en fin de parcours sur un final instrumental sur lequel Josh Homme place un solo de guitare rappelant furieusement la rage de leur débuts tandis que le jeu de batterie surprenant de Ben Johnstone emmène l’intrigante Born On A horse vers les sommets. Devenus maîtres dans l’art des mi-tempos, Biffy Clyro alignent également en toute fin d’album une doublette magnifique Know Your Quarry / Whorses qui, dans un monde parfait, devrait finir d’emballer un nouveau public qui viendrait enfin en masse découvrir les immenses talents mélodiques de ce groupe.

Mais, afin d’aboutir à un équilibre vital pour l’album et de ne pas perdre leur identité en route, Biffy Clyro n’oublient pas non plus leurs racines et nous balancent une deuxième moitié d’album très tendue à l’image de l’impeccable Shock Shock et surtout du terrible enchainement Booooom. Blast And Ruin / Cloud Of Stink qui ravive une flamme un peu plus « violente » (toutes proportions gardées) qui va ravir les fans de la première heure.
Un seul bémol vient légèrement ternir l’image d’ensemble impeccable de ce Only revolutions, les deux ballades très dispensables que sont God & Satan et Many Of Horror : si la deuxième nommée arrive sur le fil à tirer son épingle du jeu grâce à son final, ce n’est pas vraiment le cas de la première dont la mièvrerie vient briser l’impeccable élan des trois premiers morceaux de l’album… dommage.

A l’heure du bilan, la détermination de Biffy Clyro à vouloir tracer leur chemin personnel envers et contre tous continue d’impressionner : vous entendrez peut-être des aigris vous parler de leur nouveau look inexcusable ou encore de leur opiniâtreté à vouloir s’embarquer dans une grande tournée européenne en première partie de Muse plutôt que de préférer jouer en tête d’affiche dans de plus petites salles, il n’empêche que ces écossais refusent le sur-place, prennent le risque de sortir de leur confort « indé » pour aller défricher d’autres sphères musicales et c’est vraiment tout à leur honneur.

Ainsi Only Revolutions s’avère aussi passionnant que les efforts précédents de Biffy Clyro tout en empruntant à nouveau une autre direction sonore et musicale. La marque de fabrique des grands groupes.

David, 9 novembre 2009

tracklist
  1. The Captain
  2. That Golden Rule
  3. Bubbles
  4. God & Satan
  5. Born On A Horse
  6. Mountains
  7. Shock Shock
  8. Many Of Horror
  9. Booooom. Blast And Ruin
  10. Cloud Of Stink
  11. Know Your Quarry
  12. Whorses
titres conseillés
Bubbles, Know Your Quarry, That Golden Rule, Born On A Horse
notes des lecteurs
notes des rédacteurs
**** Fab