chronique album

Life Is Sweet! Nice To Meet You

Date de sortie : 15.02.2010
Label : Domino Records/PIAS France
***
Bookmark and Share

Une des surprises britanniques de l’année 2008 fut sans conteste le premier album de Devonte Hynes, alias Lightspeed Champion, fraichement reconverti dans une pop chaleureuse et délicate aux antipodes des expérimentations trash électroniques de son ancien groupe, les très dispensables Test-Icicles. L’impatience prime donc à la découverte de ce second album Life Is Sweet! Nice To Meet You qui s’inscrit finalement dans une continuité rassurante sans toute fois atteindre des sommets d’originalité mélodique.

Lorsque les premières mesures de Dead Head Blues commencent, on reconnait donc immédiatement l’univers pop poétique et décalé de Lightspeed Champion, semblant tout droit sortir d’une comédie romantique des années 60. On navigue ainsi musicalement en terrain connu même si les progrès vocaux de Devonte Hynes s’avèrent assez impressionnants dans un style pourtant plus démonstratif pouvant même déplaire à toutes celles et ceux qui adoraient la naïveté chaleureuse de sa voix sur Falling Off The Lavender Bridge.
Là où ce second album perd en spontanéité, il le gagne en habillage : dès la découverte de l’emballant single Marlene (à base d’un riff de guitare simple mais hautement addictif), on ne peut qu’être impressionné par les magistrales orchestrations qui l’accompagnent. Cette impression sera plus que confirmée par des chansons comme There's Nothing Underwater, I Don’t Want To Walk Alone ou encore l’impeccable Faculty Of Fears.

L’autre particularité de ce Life Is Sweet! Nice To Meet You est le rôle majeur joué par les claviers et le piano notamment dans des interludes très cinématographiques mais trop souvent dispensables à l’image du très démonstratif Etude Op.3. Pourtant, lorsque tout cela fonctionne à l’extrême limite de la niaiserie comme sur The Big Guns Of Highsmith ou Middle Of The Dark, le résultat est aussi stupéfiant qu’improbable. Lightspeed Champion confirme sur ces chansons toute sa pertinence lorsqu’il prend les risques d’emmener sa pop orchestrale dans des directions étrangement intemporelles et finalement quasi-universelles.
Malheureusement, une grosse moitié de l’album peine à passionner pleinement même si Romart, Smooth Day (At The Library) ou Madame Van Damme sont plutôt de bonnes chansons à la base : il ne leur manque à chaque fois qu'un petit zeste d’inspiration ou d’originalité mélodique qui aurait permit à chacune d’entre-elles de passer du statut de « naïve et sympathique » à celui de « pertinente et parfaite ». Seule la très Coralienne (ou The Last Shadow Puppets, au choix) Sweetheart viendra illuminer l’ensemble par son détachement impeccable et sa délicieuse ambiance western.

Entendons-nous bien, Life Is Sweet! Nice To Meet You est loin d’être un mauvais album de la part d’un artiste pleinement décidé à continuer sa progression dans un univers poétique et mélodique dont il façonne les bases avec une aisance assez impressionnante. Pourtant, on attend encore plus de Lightspeed Champion qui semble toucher du doigt le magique lorsqu’il est inspiré mais également tomber trop facilement dans la facilité sur des morceaux sympathiques mais rapidement oubliables. Gageons que le meilleur reste à venir de la part de cet électron libre romantique et décalé.

David, 16 février 2010

tracklist
  1. Dead Head Blues
  2. Marlene
  3. There's Nothing Underwater
  4. Intermission
  5. Faculty Of Fears
  6. The Big Guns Of Highsmith
  7. Romart
  8. I Don't Want To Wake Up Alone
  9. Madame Van Damme
  10. Smooth Day (At The Library)
  11. Intermission 2
  12. Sweetheart
  13. Etude Op.3
  14. Middle Of The Dark
  15. A Bridge And A Goodbye
titres conseillés
Marlene - Sweetheart - The Big Guns Of Highsmith
notes des lecteurs
notes des rédacteurs
***  Fab

à lire aussi sur SOV
single
Lightspeed Champion
Marlene

27.01.2010
interview
Lightspeed Champion
Interview

16.02.2010
interview
Lightspeed Champion
Interview

18.01.2008