chronique album

Endless Now

Date de sortie : 29.08.2011
Label : Sub Pop/PIAS France
****
Bookmark and Share

Un an et demi seulement après un premier album enthousiasmant, les pionniers du renouveau lo-fi à l'anglaise, Male Bonding, reviennent. En décidant de lâcher avec détermination ce son crasseux qui l'a fait connaître, le trio de Dalston prend quelques risques. Le succès, certes, essentiellement critique malgré leur signature prestigieuse, devait autant à un talent évident de composition qu'à une production urgente, ébouriffée et spontanée.

En engageant John Agnello comme producteur, Male Bonding marchent sur les traces de leurs idoles Dinosaur Jr avec lesquels il a fréquemment collaboré. Le groupe continue donc à creuser le sillon entamé par Nothing Hurts, se délectant d'un pop-punk d'influences 90s aux guitares noisy. Si la production n'est clairement pas lo-fi, elle ne dénature en rien l'âme du groupe. Male Bonding a pris du corps, de la puissance et du muscle mais, bien heureusement, pas de graisse, un peu à la manière du King Of The Beach du cousin effronté Wavves.

A la différence de celui-ci qui a sublimé ses pop songs adolescentes avec insolence, Male Bonding se sont peut-être assagis. Car à l'exception de Bones et ses six minutes vingt-cinq secondes, les anglais se permettent moins d'originalité que sur leur premier album, développant à foison un schéma de chanson calibré : trois ou quatre power chords rageurs, un refrain accrocheur et une section rythmique binaire véloce, une recette largement éprouvée depuis les Who ou les Buzzcocks.
Pas novateur, moins qu'il pût l'être, le groupe n'en demeure pas moins résolument efficace et, à l'instar de Nothing Hurts, cet album contient son lot de tubes en puissance : Tame The Sun, What's That Scene ?, Can't Dream, impossible de ne pas taper du pied, secoueur la tête et avoir une formidable envie de bousculer de l'apprenti hipster dans la fosse étouffante de la Flèche d'Or.

Endless Now est gonflé mais pas obèse. Male Bonding perdent en spontanéité ce qu'ils gagnent en puissance mais se jettent à corps perdus dans un grand défouloir pop-punk exalté, brûlant la vie par les deux bouts. Ils ne ré-inventeront pas la poudre aujourd'hui mais peuvent être fiers de l'utiliser avec ardeur et talent.

Hybu, 12 septembre 2011

tracklist
  1. Tame The Sun
  2. Carrying
  3. Seems To Notice Now
  4. Bones
  5. Before It's Gone
  6. What's That Scene ?
  7. Mysteries Complete
  8. Can't Dream
  9. The Saddle
  10. Channelling Your Fears
  11. Dig You Out
  12. Unknown
titres conseillés
Tame The Sun, What's That Scene ?, Can't Dream, Bones, Before It's Gone
notes des lecteurs
notes des rédacteurs

à lire aussi sur SOV
album
Male Bonding
Nothing Hurts

26.05.2010