chronique album

Canyon Of Echoes

Date de sortie : 03.10.2011
Label : Lavolta Records
**
Bookmark and Share

Sortir leur deuxième album fut une longue épreuve de force pour les Dykeenies.

Pour commencer, le guitariste et chanteur Steven Ramsay est sérieusement blessé et mis hors d’état de jouer, le guitariste Alan Henderson quitte ensuite le groupe en 2009 pour « divergences musicales » et, pour couronner le tout, la bataille avec les maisons de disques fait rage jusqu’à ce que les choses rentrent dans l’ordre. Tout venant à point à qui sait attendre, les Dykeenies finissent tout de même par dévoiler leur nouvel opus Canyon Of Echoes. Les quatre années d’attente n’auront donc malheureusement pas été quatre ans de travail, d’expérimentation ou de maturation. L’attente a été longue, le fruit n’en est cependant pas plus savoureux.

Il aurait pourtant pu en être autrement. Peut-être. Les Dykeenies avaient décidé de sortir les cordes pour créer un album plus guitaristique que le précédent. Après le départ d’Alan, le plan tombe à l’eau. La plupart des chansons deviennent injouables sans la présence de deux guitaristes. Le groupe est donc contraint de refaire l’album sur une base beaucoup plus (beaucoup trop ?) synthétique.
Nos Écossais n’ont pas peur des envolées lyriques. Ils ont l’emphase décomplexée. On le sent dès le premier titre, No More Apologies. Le morceau n’est pas rebutant mais le refrain s’essouffle très vite. Lechansons de remplissage telles Youth. Le groupe sort les violons sur Sounds Of The City ce qui n’est pas du plus mauvais effet. 3 est également plutôt réussie, portée sur une bonne petite ligne de basse.
La voix de Brian Henderson est en forme, on entend même poindre son accent écossais par moments. Les petits bruitages électroniques sont fort sympathiques mais les quatre musiciens ont tendance à tomber dans l’excès : trop de couches superposées et une polyphonie des voix, notamment, qui tombe un peu à plat. Les Dykeenies sont peut-être plus convaincants quand ils ne cherchent pas à tout prix à nous en mettre plein la vue. Quand le rythme ralentit à la fin de l’album, sur Traps et Need Something Tonight, cela leur évite d’en faire trop.

Il y a quatre ans, nous chroniquions leur premier album et statuions alors : « The Dykeenies est un groupe qui fait de la soupe ». Le deuxième album n’étant franchement pas meilleur que le précédent, la remarque tient toujours. Mais ne vous méprenez pas, l’album se laisse tout de même écouter. D’une oreille bienveillante.

Mélissa Blanche, 2 novembre 2011

tracklist
  1. No More Apologies
  2. Youth
  3. Are You With Me Now?
  4. Fruit
  5. Sounds Of The City
  6. 3
  7. Water In The Lungs
  8. Square Balloons
  9. Not Your Enemy
  10. Awake
  11. Traps
  12. Need Something Tonight?
titres conseillés
3, Traps
notes des lecteurs

à lire aussi sur SOV
single
The Dykeenies
New Ideas

20.07.2006