Chronique album : Django Django - Django Django - Sound Of Violence
 
chronique album

Django Django

Date de sortie : 30.01.2012
Label : Because Music
****
Bookmark and Share

Loin des rythmiques plan-plan, Django Django conceptualise, sans complexifier, son univers et rend l’auditeur baba et béat.

Sur le papier, Django Django suit l’étrange hype du double patronyme (Poney Poney, Everything Everything,...) Dans les faits, ces irlando-écossais, à l’euphorie communicative, font de l’ennui, un mot obsolète du vocabulaire. Car, soyons clair, l’objectif de ces zozos (si si, le sens sidérant de notre répartie !) est clairement la démultiplication, c’est-à-dire que chaque note donne naissance à mille autres, chaque nuage s’écarte pour laisser entrer mille rayons de soleil, chaque virage en cache mille autres pour, finalement, dévoiler un incessant zigzag. Et on suit le rythme !
A l’heure où sort leur premier album, ça oui, ils peuvent faire les fiers. Nous, ça fait trois ans qu’on les attend bêtement. Loin d’adjoindre à ce propos une quelconque déception, Django Django est la parfaite BO d’une nuit sans fin. Une nuit lumineuse et enivrante, loin du train-train quotidien, où l’esprit s’oublie et le corps se relâche. Vaille que vaille, les paysages défilent, l’envie de faire dodo s’estompent et on n’a qu’une envie : arpenter l’arc-en-ciel en leur compagnie.

Aller plus loin. La recherche musicale de ces quatre gugusses se nourrit d’une insatiable curiosité. Un peu comme ces enfants qui veulent toujours découvrir la surprise du Kinder plutôt que le Kinder lui-même. Leur dada : faire la synthèse des Beach Boys et de Kraftwerk et l’exposer sous les spots lumineux de feu l’Hacienda. Bref, la machine électro-pop britannique dans toute son opiniâtre splendeur.
On l’avoue, même si vous l’avez certainement compris, on éprouve une sympathie presque exagérée pour cette musique, probablement inventée par des cerveaux synchrones au cours de séances d’enregistrement très folkloriques. Si la pop lumineuse de Default séduit, ce sont les refrains hippies de Hail Bop et Life’s A Beach qui l’emportent avec ce je-ne-sais-quoi de psychédélisme de bord de mer : un filon psyché dont, tels des enfants, ils usent à l’infini comme d’une baguette magique qui transformerait chaque note.

C’est dit : Django Django n’est pas un joujou de plus pour les hipsters. Avec eux, le soleil va briller matin, midi et soir. Et puisque chez eux, tout est multiplié par deux, on suit le mouvement et on applaudit, deux fois ! Forcément !

Maxime Delcourt, 30 janvier 2012

tracklist
  1. Introduction
  2. Hail Bop
  3. Defaults
  4. Firewater
  5. Waveforms
  6. Zumm Zumm
  7. Hand Of Man
  8. Love's Dart
  9. Wor
  10. Storm
  11. Life's A Beach
  12. Skies Over Cairo
  13. Silver Rays
titres conseillés
Default, Storm, Hail Bop, Waveforms
notes des lecteurs
notes des rédacteurs