Chronique album : Ist Ist - Architecture - Sound Of Violence
logo SOV

Ist Ist

Architecture

Ist Ist - Architecture
Chronique Album
Date de sortie : 01.05.2020
Label : Kind Violence
4
Rédigé par Laetitia Mavrel, le 6 mai 2020
Bookmark and Share
Manchester nous dévoile une nouvelle pépite issue de ses faubourgs industriels qui répond très efficacement aux critères post-punk du moment, avec une touche d'originalité des plus surprenante.

Ist Ist (précisons « ist ist », l'exercice de recherche sur Google se révélant amusant car l'acronyme a une toute autre signification en français) est une formation à peine âgée de cinq ans composée d'Adam Houghton, Joel Kay, Andy K et Mat Peters qui n'a depuis lors pas chômé.
Plusieurs singles, un EP Spinning Room en 2018 et des prestations live dans les clubs britanniques ont permis au quatuor de se rôder afin de nous dévoiler un premier album intitulé Architecture particulièrement bien construit.

Le style se veut pleinement ancré dans un post-punk aux fortes consonances dark wave de la toute fin des années 70. L'univers est composé de guitares profondes aux riffs puissants, la ligne de basse est toujours dominante et agit comme un fil rouge tout au long des morceaux.
La montée en puissance se fait crescendo et les synthétiseurs aux sonorités métalliques typiques du début des années 80 ajoutent une patine délicieusement retro.


Ce qui marque est la voix d'Adam Houghton. Le timbre de baryton est étonnant et imprègne fortement les titres d'une solennité presque religieuse.
Le titre d'ouverture Wolves donne le ton : le synthé, la batterie et le riff de guitare nous ramènent immédiatement au rock épuré des début de Cure. L'empreinte est forte et va les suivre sur tout l'album. You're Mine, Black et Silence sont de magnifiques hommages à cette période mais sonnent tout de même modernes grâce à la fluidité des guitares.


La suite digresse légèrement vers des influences plus lourdes, tout en gardant le cap car la mélodie est guidée par un synthétiseur enivrant sur des titres comme A Night's Arm ou Discipline. L'auditeur pourra même y retrouver quelques touches indus, I'm Under You're Skin offrant un accent Reznorien des plus intéressants.
Les morceaux plus lents rappellent sans choquer les titres poignants de groupe récents comme The Murder Capital. A New Love Song dans sa musicalité dépouillée se veut à fleur de peau. Drowning In The Shallow End s'immerge dans le 100% synthétique et seule sa rythmique nous rappelle que l'on a affaire à un groupe en 2020 !

C'est donc un incroyable petit mélange des genres que nous offrent Ist Ist avec ce premier album Architecture. Il faut souligner que la seconde partie du disque voit son rythme ralentir et la voix grave de Houghton rend l'atmosphère un brin pesante. Le titre de clôture Slowly We Escape commence de façon sombre mais vient rapidement remettre un coup de fouet dès le refrain pour permettre au disque de se terminer dans une petite explosion punk.

Il est toujours difficile de se voir coller tout un tas de références sans être accusé de manquer d'originalité, surtout pour un premier disque. Mais ces références qui viennent à l'esprit peuvent aussi être interprétées comme un signe de qualité car preuve d'une parfaite maitrise des classiques du genre.
A titre personnel, la voix monocorde et la tonalité caverneuse qui tranchent avec la subtilité des arrangements m'ont dérangé. Néanmoins, je reconnais à cet album de m'avoir fait voyager loin tout au long de ses dix morceaux. Périple des plus agréable en cette période de mise à pied imposée à tous.
tracklisting
    01. Wolves
  • 02. You're Mine
  • 03. Black
  • 04. Discipline
  • 05. A New Love Song
  • 06. Silence
  • 07. Drowning In The Shallow End
  • 08. Night's Arm
  • 09. Under Your Skin
  • 10. Slowly We Escape
titres conseillés
    You're Mine, Silence, Night's Arm, Wolves
notes des lecteurs