interview
Bookmark and Share

A peine un an après son premier album autoproduit, Jeremy Warmsley vient de sortir son premier songle chez Exercice1 records et un EP chez Transgressive Records dans la foulée... une bien belle ascension.

Tu n'es pas encore très connu en France, peux-tu te présenter et présenter ta musique un petit peu?

Hmmm... Je ne suis connu nulle part! Je pense à des chansons dans ma tête assis dans le train, puis je les fais ressortir sur mon ordinateur et différents instruments tard la nuit. Je coupe les sons pour en faire de nouveau et je chante beaucoup.

Je crois que tu as des origines françaises, d'ailleurs, tu chantes un peu en français sur ton premier album.

Oui c'est vrai, mon adorable mère Véronique est française. Et il y a un peu de français sur mon premier album que j'ai fait il y a longtemps, mais je ne chante plus cette chanson, elle est un peu nulle.

Tu n'aimerais pas venir te produire en France prochainement ?

J'espère que cet été, quand je sortirai mon album, je viendrai jouer un peu en France, et dans quelques festivals.

Tu viens de sortir un nouvel EP, en quoi est-il différent de ton premier album autoproduit ?

Quand j'ai fait mon premier album Jan 76, j'apprenais toujours à écrire des chanson, et comment les enregistrer, donc le tout était assez mauvais, et pas très ambitieux . Sur cet EP, je sens que je sais un peu plus ce que je fais, j'essaie de trouver d'autres sons plus excitants et de nouvelles idées, plutôt que de gratter quelques cordes sur ma guitare. Il y a deux chansons que j'aime toujours sur le premier album mais je n'aime pas la façon dont elles sonnent. Aux alentours de Noël 2004, j'ai décidé de repartir à zéro et de trouver des nouvelles manières d'écrire et d'enregistrer mes chansons. Evidement, mon son a beaucoup changé depuis.

En quoi le fait de signer chez Transgressive Records a-t-il changé ta façon de travailler ?

En fait, j'ai fait une grande partie du 5 Interesting Lies EP avant de signer, donc je n'ai pas eu vraiment le temps de changer quoi que ce soit. Mais maintenant que je suis signé, j'ai pu acheter quelques équipements pour mon studio et j'ai également pu m'attacher les services d'un quatuor de cordes pour mon prochain EP, le même qui a joué sur le dernier album de The Streets. Je commence également à faire quelques bons concerts avec eux ce qui est sympa.

J'ai vu que tu as produit toi-même les chansons de cet EP, n'as-tu pas envie d'essayer de travailler avec un véritable producteur dans le futur ?

Pas vraiment, ma production est vraiment en adéquation avec ma musique, tu sais, pour le moment, je joue presque tous les instruments et je prends toutes les décisions... Je pense que je ne serais pas très à l'aise si ça se passait autrement. Je commence à travailler avec mon ami Adam Beach (qui joue dans un très bon groupe de post-hardcore appelé Optimist Club - www.myspace.com/optimistclub et qui est aussi à la basse sur mon prochain disque), il est un peu aux manettes et me donne des bons conseils. La collaboration est bonne, mais je ne veux pas laisser trop de contrôle à quelqu'un d'autre. Je deviens un peu un dictateur dans le studio... J'entends beaucoup de choses déjà faites dans ma tête et j'ai ce besoin (ou peut-être que c'est juste un désir) de faire sortir le son exactement comme ça dans le studio. Je ne pense pas que ça pourrait marcher si je travaillais avec un autre producteur.

Entre ton premier album et ton EP, les influences semblent être passées des Kinks et Talking Heads à Aphextwin et Four tet. Comment opère-t-on un tel changement?

Hmm... j'étais toujours en train d'écouter ce genre de musique, plus quelques trucs de Brian Eno, The Microphones ou Bjork, les chansons les plus electro. Je pense que quand je faisais mon premier album, j'avais assez peur de trop faire transparaitre mes influences, je pensais que ça serait plus facile et moins risqué de faire juste de la musique à guitare, et ça l'a probablement été. Mais maintenant, je connais mes ressources et j'ai confiance dans la musique que je veux faire. Et je la fais!

Liz Neumayr (Ladyfuzz) et Will Rees (Mystery Jets) ont assuré des backings vocals sur cet EP, comment en es-tu venu à travailler avec eux ?

Alors j'ai connu Will il y a très longtemps, quand j'ai vu Mystery Jets jouer à Cambridge il y a plus de deux ans, et Blaine des Mystery Jets a aussi chanté sur mon dernier single. Ca a donc été une connexion facile. J'ai connu Ladyfuzz il y a seulement quelques mois mais ils sont signés sur le même label que moi. C'est un très bon groupe, et Liz est merveilleuse, elle a beaucoup de personnalité. J'aimerais citer les autres chanteurs car ils sont tous géniaux. Emmy The Great (www.myspace.com/emmythegreat) est une songwriter incroyable, et une bonne amie, tout comme Simon Mastrantone (www.myspace.com/simonmastrantone). Chris Alxxck joue du trombone avec moi quelquefois (et il a un projet musical très intéressant, qu'il vient de commencer - www.myspace.com/girlscoutbeyondfundraiser - et pour lequel je vais l'aider prochainement), et Mary Bowers est une vieille amie à moi, depuis que j'ai habité à Cambridge!

Ton EP s'appelle 5 Interesting Lies, et tu le finis sur World of Sound en disant "I don't believe in rock'n'roll". Doit-on le prendre comme un mensonge ou comme une envie d'aller encore plus expérimenter vers l'electro?

Hmmm, ni l'un ni l'autre je pense, c'est juste quelque chose que le personnage dit dans la chanson... Toutes les chansons sur l'EP sont des histoires, des fictions, avec des personnages. Je ne crois pas au rock'n'roll moi même.... en fait je pense que ça existe.... mais il y a plus que ça dans ma vie.... j'espère.

En moins de deux ans, tu as sorti un album autoproduit, un single et un EP, quels sont tes plans pour le futur?

J'envisage de chuchoter tous mes secrets aux arbres, puis de les couper et d'en faire des guitares. J'envisage d'arrêter de mentir autant. J'envisage de grandir au moins d'un pouce. J'envisage de ne pas avoir d'enfants mais je vais probablement finir par en avoir quand même, ça à l'air d'arriver à tous les autres. En fait, j'envisage de venir à Paris début décembre pour deux jours, il y a de bons concerts? Réponse sérieuse : je sors un autre EP en février et ensuite un album vers le mois de juin.

Pierre, 22 novembre 2005