logo SOV

Formation

Paris, Cigale - 20 novembre 2016

Live-report par Albane Chauvac Liao

Bookmark and Share
« Pour apprendre quelque chose aux gens, il faut mélanger ce qu'ils connaissent avec ce qu'ils ignorent ». Cette citation de Picasso serait-elle la signature de la prestation Inrockéenne du dimanche ? Voyons plutôt. C'est une séance de cardio-training que nous offre ce soir les inRocKs Festival entre la voix maîtrisée du lyrique Adam Naas, qui nous plonge dans la BO d'un semblant de Fifty Shades, la remise à niveau assurée par les talentueux Formation, et les jumping jacks de Cassius. Bilan de la leçon de musique !

SOV
Adam Naas, un artiste qui chante en marchant sur des aiguilles fines. Une entrée en matière 100% coton, des chants tout doux qui montent, parfois. De l'amour à profusion. Ce sentiment timide des premiers instants, dévoué (« I can't loose you », « My love, help me find the way »). Une tendresse de fin d'automne sur Fading Away, apportant des sourires faciles dans La Cigale. Un petit côté swing « Come dance with me », rythme dansant, lueur en plein hiver. Adam Naas a un bel éventail de possibilités vocales, on l'imagine à la Villa Medici, dans un cadre de pierres et d'eau.

SOV
On remet le son avec l'arrivée sur scène de Formation. L'efficacité tout d'abord avec Drugs, le public, remis sur pied entonne en cœur « drugs, drugs, drugs, drugs, drugs ». Garage. Tunnel. Hypnotique. Will Ritson, le chanteur, a le poing levé gravé sur son t-shirt et des bras grands ouverts qui disent « Come on closer, let's be friends ». Control et ses airs de parade aborigène, le batteur en folie est torse nu. La voix est un écho résonnant dans chaque recoin de la Cigale. Efficacité, énergie. Musicos dans le mouv.
Le groupe Formation a, quant à lui, un éventail de thématiques qui nous réconforte. Retour aux sources essentiel avec Back then, « a song about when we were young » ; Powerful People redonne toute-puissance, Waves rend hommage aux artistes qu'on a perdus et A Friend est une ode à tous les copains, parce qu'on est mieux ensemble. Et c'est vrai qu'avec eux, on est bien. Formation nous font oublier de sortir le smartphone pour se localiser. Plus besoin, l'essentiel est ici et on ne veut pas le rater.
Ce groupe, peu présent sur la toile, veut vivre avec nous un moment unique, une connexion extra-ordinaire. Ils sont à fond, claviériste et batteur bougent en rythme avec leurs instruments, c'est amusant, et remarquablement surprenant. Le chanteur s'applique pour parler français, avec un accent cool de jeune crooner. Mention spéciale pour Waves, le gospel hommage aux artistes qui nous ont quittés. Des mots du cœur, un rythme doux qui caresse l'épiderme de si près (« And the waves keep rushing forward, and rolling back »). C'est la souffrance du bonheur, un pur plaisir. Sur la dernière chanson, Ring, le chateur joue le jeu, comme un fou il monte sur la batterie, tombe dans la foule, ultime fusion avec le public, conquis.

SOV
Après le rap surprise d'entracte, offert devant le rideau par une street stylish girl, le rythme dans la peau. Place à la house. Une intro du tonnerre. Ton grave, directeur, « Ibifornia is inside everyone of us». Le mouvement Cassius, since 1996.
Quand c'est trop, c'est Tropico ? Rocher volcanique, ambiance chaude. Cassius is in da house. Le duo français est perché à 100 mètres de haut, un décor de platanes pour cette jungle Ed Banger. Coté public ? Pas si chaud, trop assis. C'est la soirée des classiques avec Toop Toop (« toop, toop, shoot, shoot »), See Me Now et l'enchaînement fatal de Feeling For You/I Love You So. Des gorilles argentés et touffus, dansent, donnent le rythme, se déplacent en cadence. Des allures de supershow. Quelques beaux moments une fois la foule bien échauffée, unisson sur I Love You So avec les aficionados au rendez-vous. Un Feeling For You qui donne aux gorilles des envies d'intimité. Une étrangeté sur I Love You So avec du remix à la louche. Le sol de la Cigale nous fait bouger, donne la tonalité. Les gorilles en pleine parade nuptiale nous donnent des idées. Remix de 1999, final sur La Mouche... Un live un peu expédié, comme si notre gourmandise préférée nous avait été confisquée.

Comme après toute séance de sport efficace, on est essoufflé, plein d'endorphines. La musique, un anti-stress naturel. Qu'a-t-on appris ce soir ? On n'est pas forcé d'avoir le même style pour partager un feeling. La leçon des inRocKs Festival 2016.
setlist
    DRUGS
    CONTROL
    BACK THEN
    POWERFUL PEOPLE
    PLEASURE
    WAVES
    BLOOD RED HAND
    A FRIEND
    RING
photos du concert
    Du même artiste