logo SOV

TOY
Charles Howl
Half Loon

Paris, Nouveau Casino - 8 décembre 2016

Live-report par Albane Chauvac Liao

Bookmark and Share
Un concert au Nouveau Casino ? Il se dit que c'est comme le clubbing, mais en mieux. L'agence Miala qui produit notamment les pointures The Shoes, Cassius ou Agoria organisait le show ce soir. Un programme des plus réjouissants : Charles Howl et Half Loon pour se mettre en jambes et TOY, l'apogée. Le public est tout proche de la scène, on ressent dès l'arrivée la communion entre les membres de Charles Howl.

SOV
« Il est des jours où l'homme s'éveille avec un génie jeune et vigoureux, les paupières à peine déchargées du sommeil qui les scellaient. Le monde s'offre à lui avec un relief puissant, une netteté de contours, une richesse de couleurs admirables » : Charles Baudelaire, Les Paradis Artificiels.
Avec leurs coupes au bol façon Iggy période Stooges, on distingue quelques paroles mais le quintet londonien provoque une mystique, que seuls ceux qui parlent au silence peuvent apprécier pleinement. Voix des esprits. Chuchotements. On distingue des riffs proches de The Kills. Cette mélodie céleste nous détourne de nos ennuis, c'est l'apaisement avant l'éveil de la sensibilité.

SOV
Cet éveil s'appelle Half Loon. Se travestir pour exister (« I wonder the life you live »). La sensualité des images du clip de Ruth nous est rappelée dès la prise de parole. Un moment la boule disco se met à tourner. O tendre psyché, emmène-moi, fais-moi danser. L'instant d'après on est sur la plage à Miami. Un duo de guitares, un accordement, autant de preuves de la connivence qui règne au sein du groupe. Tendre délicatesse, douce mélodie qui vous caresse. Ils continuent longuement à conter leur histoire, dans un anglais que nous distinguons difficilement. Pas grave, on comprend la chanson, l'embrassant dans son ensemble. Mélodie jolie, joie entre amis. Les musiciens sont généreux, ils veulent s'assurer que tout le monde est dans l'ambiance pour TOY.

Les spots rouges rayonnent. Showtime au Nouveau Casino. Première réflexion que l'on se fait : c'est le mix parfait des deux premiers groupes, l'expérience en plus. La salle est complète, personne ne bouge vraiment. Personne à l'exception d'un groupe d'admirateurs enthousiastes qui forment un seul et unique corps avec TOY. On remarque le bassiste Maxim Barron, la bête blonde à longue crinière. Les enfants terribles dans la foule, au sommet de leur perche, bras levés, mouvements accordés aux notes des claviers, tentant d'empoigner le son. Les spots, fort lumineux, se couvrent d'un bleu rassurant. Public charmé. Le bouclé Max Oscarnold, digne remplaçant d'Alejandra Diaz aux claviers depuis 2015, est un vrai virtuose, notre regard se perd dans sa mécanique manuelle. Le chanteur Tom Dougall, accompagné des musiciens, tente de communiquer avec le public. Mais TOY est avant tout une sensation. Ils sont habitués, habités. Ils transmettent à un public bien réchauffé. On entend un homme plaisanter « A poil !», comme si la musique avait permis la création d'un langage universel.

SOV
Les paroles intimes de TOY sont comme des secrets, des sors jetés. Après le bleu lagon, le rouge passion enflamme la scène. Magistral. A voir le groupe de jeunes toujours s'agiter dans le public, une pensée nous vient. La beauté réside dans la folie. On retiendra une chanson, Fast Silver. Douceur, concentration et maitrise. C'est Velvet Underground version 2016. Ce moment où l'admirateur numéro 1 de TOY vous chuchote les paroles du début à la fin. Une chanson écoutée, mémorisée, apprivoisée, des milliers de fois. Notes descendantes, petite voix fluide. Les cœurs battent sauvagement. La voix sur Clear Shot est comme un rêve, on l'écoute les yeux fermés et bras ballants. « Fuck, I'm speechless ! » écrit frénétiquement l'admirateur, en gros sur un carnet.

Le spectacle sur scène éveille en nous un désir créatif. Quelques vers résumant l'ambiance : « Beer drinkers Blues thinkers Charm diggers ». Le groupe se câline collectivement, créant un cercle dans le public. Les concerts, de beaux rappels d'amitié. Le chanteur ouvre les yeux, semble-t-il pour la première fois. Il voit enfin la lumière. Et ça s'entend... Joy Division à la guitare ? S'en suit un slow song, on se croirait dans un film de Sofia Coppola, avec des notes de Strokes en fond, on pense au très bon Somewhere. Le final se précipite, c'est intense. La bête à la basse se mêle au public. Le regard du chanteur est hypnotisé. Possédé par son art comme nous tous le sommes ce soir. On adore toujours ces moments de partage direct avec la foule. Encore plus quand c'est TOY.

Une dernière note pop et ils ont disparu. Psychédélique.
setlist
    CHARLES HOWL
    Non disponible

    HALF LOON
    Non disponible

    TOY DEAD & GONE
    I'M STILL BELIEVING
    FALL OUT OF LOVE
    CLOUDS THAT COVER THE SUN
    KOPTER
    FAST SILVER
    CLEAR SHOT
    CINEMA
    MOTORING
    ANOTHER DIMENSION
    JOIN THE DOTS
    JUNGLE GAMES
    MY HEART SKIPS A BEAT
    DREAM ORCHESTRATOR
photos du concert
    Du même artiste