chronique concert

Paris, Nouveau Casino - 14 mai 2007

Bookmark and Share

Il n’y a pas foule au Nouveau Casino ce soir là, mais cela n’empêche pas le groupe de donner un concert très puissant à l’image des compositions du troisième album de Malcom Middleton. Tous ces morceaux sont des tubes en puissance et l’impression que m’a laissée l’écoute de A Brighter Beat se confirme sur scène : il y a un potentiel énorme dans cette musique. Alors pourquoi ne sommes nous que soixante ou soixante-dix ce soir ? C’est très peu pour un concert parisien...

Pour donner le ton et marquer la rupture avec Arab Strap, les premiers titres joués sont très rythmés, à grand renfort de guitares et même de refrains. S’enchaîne ainsi tout le début de l’album : Fuck It I Love You, A Brighter Beat et We’re All Going To Die dans des interprétations directes et électriques.
Il y a quatre musiciens pour accompagner Malcom, un batteur, un guitariste, un bassiste et une jeune femme qui se partage entre le synthé, le violon, un peu de guitare et du chant. Malcom Middleton montre beaucoup plus d’assurance sur scène que lors de ses premiers passages en solo. A se retrouver au centre de la scène, il paraît moins timide que quand il jouait de la guitare dans son précédent groupe. Il plaisante même entre les titres : "Je m'appelle Malcom et je suis 12 ans", la seule phrase de français qu’il ait appris, il y a manifestement quelques années de cela.
Le light show est très soigné. Pour Stay Close, Sit Tight, une grosse boule disco se met à tourner, mais à une vitesse très lente qui, dans cette salle au public clairsemé, contribue à donner une ambiance particulièrement forte à son interprétation. L’intro de Superhero Songwriter est aussi très puissante et donne la chaire de poule.
A la fin du set principal, Malcom ne veut pas jouer le jeu des faux rappels et du suspens à deux sous, "the dressing is really shit, I don't want to go there", alors il continue tout seul quelques titres en acoustique. Une charmante coutume qui date de son groupe précédent. Deux anglais ont réclamé plus tôt pendant le concert, Devil And The Angel, Malcom s’en rappelle et s’exécute pour eux. Décidément, au Nouveau Casino, il n’aime pas les loges, mais il aime y jouer les requêtes du public. Quelques années plus tôt il y avait fait avec Aidan Moffat, son complice de l’époque, une jukebox session des titres préférés de leurs fans.

Le groupe revient pour deux derniers titres avant que tout le monde ne se sépare très heureux de cette petite soirée. "I'm glad this happened, I'm glad that you came", nous aussi. Le dernier album de Malcom Middelton est définitivement très bon, le rendu sur scène aussi... ne reste plus qu'à ce qu’il rencontre un succès plus que mérité.

Jean-Christophe Gé, 22 mai 2007

setlist
Non disponible