chronique single / EP

The Boat Song/Temptation

Date de sortie : 02.06.2008
Label : Transgressive Records
****
Bookmark and Share

Échappé du nid aristocratique de Rufus Wainwright, l'oisillon Jeremy Warmsley vient piailler en cette fin de printemps, sa pop émerveillée avec deux nouveaux titres inédits.

25 printemps donc, pour ce londonien à double casquette, à la fois auteur et producteur, et déjà un album de classical pop au compteur The Art of Fiction. Un bol d'air frais, arrivé en 2007, plein de cordes innocentes et de piano attrape-coeur qui vient vous offrir à la sortie des cours, un poème de Verlaine recopié à la sauvette sur une feuille de papier déchirée d'un cahier. Jeremy Warmsley vient vous arracher ce sourire que vous n'attendiez plus, celui que vous avez laissé filer à l'écoute de l'épique Last Shadow Puppets, ou de l'électronique parfaite de Hercules and Love Affair. C'était parfait, c'était beau, tout ceci était savamment calculé, n'empêche que vous avez failli chialer sur le dance floor. Ne souriez pas, rappelez-vous. Jeremy Warmsley a donc une mission de la plus haute importance : vous rendre ce sourire franz ferdinantesque. Pour ce faire, un doigt. Warmsley prend le problème à l'envers et s'attaque au glaçant panthéon New Order, en reprenant Temptation. La voilà la véritable ironie, le pied de nez. Comment s'y prend-il ? Tonnerre de synthés, patapoum névrosé et voix d'outre-tombe ? Non, si vous pensez ça c'est que vous n'avez pas encore compris. Jeremy fait sa diva. Il laisse éclater ses prouesses vocales, fait galoper le piano dans les prés et appose un sentiment de candeur sur le morceau. La suite est toute à son honneur. The Boat Song, enregistré avec Emmy The Great, navigue sur les eaux de Sufjan Stevens et hisse la voile de l'insouciance.

Allez, encore un petit effort, et vous laisserez éclater ce sourire en coin !

Laurie, 6 juin 2008

notes des lecteurs
notes des rédacteurs

à lire aussi sur SOV
album
Jeremy Warmsley
Jan 76

12.02.2005
interview
Jeremy Warmsley
Interview

22.11.2005