chronique single / EP

Two Hours

Date de sortie : 02.04.2012
Label : Transgressive Records/Cooperative Music
***
Bookmark and Share

Toute année qui se respecte a le droit à son single ou album phare, dont le nom sera bien évidemment fonction de la personne qui livrera son avis.

Le système ainsi défini se complexifie quand apparaissent des segmentations trimestrielles, semestrielles, mensuelles même, dévoilant une démarche intellectuelle des plus finaudes, qui permet de gagner en souplesse dès lors qu’il s’agit de convenir de ce qu’une année civile nous a amené de meilleur musicalement parlant, mais aussi parfaitement adaptée à qui celles et ceux qui aiment à constamment exprimer leur opinion, quand bien même celle-ci se trouve être précipitée. Dans ces conditions, on arrête bien évidemment de compter les « disque du mois » et autres « EP de la rentrée » qui fleurissent ici et ailleurs. Pourquoi s'évertuer à raconter tout cela ? Parce que d’aucuns voient volontiers en Two Hours le single de ce début d’année.

Parents à déjà deux reprises (Wax/A Mountain We Love et Milk), Theme Park ont choisi de changer leur fusil d’épaule. Ainsi, si Milk était un morceau gentimment barré, tout rempli d’effets électroniques et de sonorités tribales à la Vampire Weekend, Two Hours file autrement plus droit. Pure sucrerie électro-pop, efficace, entêtante sans être mystifiante, elle symbolise à elle seule toute l’intelligence de ses jeunes auteurs : s'engager, à terme, sur une voie un peu trop cérébrale aurait certainement nuit à la formation anglaise, cette dernière n’ayant pas les prédispositions requises pour s'adonner à un tel exercice. A contrario, cette nouvelle direction pourrait aider les londoniens à tutoyer les hauteurs des charts, Two Hours ayant tout ce qu’il faut dans le ventre pour émoustiller radios et auditeurs.
Ceux qui ont tourné avec Bombay Bicyle Club, Summer Camp ou encore The Antlers ont donc parfaitement respecté le cahier des charges amenant à réaliser le parfait single, signant un titre carré et excitant, à défaut de représenter une quelconque prise de risque. Dégageant un doux parfum estival, le titre séduira d'autant plus que le soleil semble disposé à nous tenir compagnie quelques jours encore.

A une époque où la concurrence s'affole plus que de raison, se pose maintenant une question qu’il convient d’avoir en tête à chaque fois qu’un pourvoyeur de single fait son apparition : Theme Park tiendront-ils la distance ?

Julien Soullière, 3 avril 2012

notes des lecteurs

à lire aussi sur SOV
single
Theme Park
Two Hours EP

01.12.2012
album
Theme Park
Theme Park

02.03.2013