logo SOV

Noel Gallagher's High Flying Birds

Noel Gallagher's High Flying Birds

Noel Gallagher's High Flying Birds - Noel Gallagher's High Flying Birds
Chronique Album
Date de sortie : 17.10.2011
Label : Sour Mash Records/PIAS France
4
Rédigé par Claire, le 24 octobre 2011
Bookmark and Share
Remise des pendules à l'heure et retour à la réalité, c'est l'effet que la sortie, cette semaine, du premier effort solo de Noel Gallagher a eu. Oubliés les jeunes loups du rock britannique, le chef de meute est de retour.

Depuis la fin d'Oasis en 2009, celui que la presse continue de nommer comme le cerveau du groupe de Manchester s'était fait silencieux. Le temps d'un mariage, d'un enfant, de laisser son terrible frangin sortir un album en forme de revanche, autant acclamé que décrié. Le temps aussi de peaufiner en secret dix titres et de recruter quatre nouveaux musiciens, se mettant cette fois-ci en position de leadership absolu.

Annoncé lors d'une conférence de presse qui semblait un peu dépasser l'aîné des Gallagher, le premier single The Death Of You And Me avait certes ramené le « Chief » dans la lumière mais n'avait convaincu que ses aficionados, les autres se demandant si l'album tant attendu (presque quinze ans) ne se révèlerait pas finalement passéiste. Pourtant, c'était un peu trop vite oublier que, bien plus que le cerveau d'Oasis, Noel en était l'âme et qu'en vingt années de carrière, elle s'était infiltrée à l'intérieur de chacun d'entre nous et avait déteint sur l'ensemble de la musique britannique. C'est donc un album à son image et à celle de son public que Noel Gallagher propose : posé, affirmé, urbain, se fichant toujours autant de l'opinion de qui que ce soit. Un à prendre ou à laisser du quadragénaire qui, avant de faire plaisir à la presse, se fait plaisir à lui-même et à ses fans.

Everybody's On The Run, avec son chœur quasi-religieux, son inspiration très Cigarettes In Hell et son refrain mémorable ouvre un album en forme de collection de titres foutrement efficaces et poignants. Dream On et If I Had A Gun, quant à eux, assènent en sept minutes un aphorisme à la Oscar Wilde : le génie réside dans la simplicité. On trouvera enfin deux titres sur lesquels le songwriter laissait planer le mystère depuis près de dix ans : (I Wanna Live In A Dream) In My Record Machine et Stop The Clocks dont les parties cordes et l'ambiance très sixties n'auraient pas dénoté sur un album des Beatles. Essai réussi pour un titre plus moderne et presque dansant avec AKA... What A Life. Le très classique Soldier Boys And Jesus Freaks démontre quant à lui les penchants Kinksiens du Gallagher. Seuls AKA...Broken Arrow et Stranded On The Wrong Beach semblent combler un album qui s'avère déjà être un classique.

Le High Flying Birds a pris son envol. Le premier concert à Dublin dimanche soir dernier a confirmé le retour pugnace de Noel Gallagher sur la scène rock. Dans le même temps, son frère parle d'une possible réunion d'Oasis pour 2015 et les vingt ans de (What's The Story) Morning Glory. De quoi donner de l'eau au moulin des inconditionnels gallagheriens.
tracklisting
    01. Everybody's On The Run
  • 02. Dream On
  • 03. If I Had A Gun
  • 04. The Death Of You And Me
  • 05. (I Wanna Live In A Dream) In My Record Machine
  • 06. AKA...What A Life
  • 07. Soldier Boys And Jesus Freaks
  • 08. AKA ...Broken Arrow
  • 09. (Stranded On) The Wrong Beach
  • 10. Stop The Clocks
titres conseillés
    Dream On, (I Wanna Live In A Dream) In My Record Machine, If I Had A Gun
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste