logo SOV

Ciaran Lavery

Let Bad In

Ciaran Lavery - Let Bad In
Chronique Album
Date de sortie : 27.05.2016
Label : Believe Recordings
25
Rédigé par François Freundlich, le 29 mai 2016
Bookmark and Share
Un album de folk nord-irlandais est toujours plaisant à écouter par un mois de mai pluvieux. Nous avions hâte de nous pencher sur le second disque de Ciaran Lavery, natif et habitant de Aghagallon, commune de 824 âmes. Son premier album s'inscrivait dans une quête mystique et acoustique d'un folk vaporeux et enregistré sur le vif, bercé par une voix rauque et voilée. Let Bad In porte assez bien son nom puisque le songwriter semble avoir laissé entrer le démon, une production pop-folk, dans ses compositions.

Tout avait pourtant bien débuté avec cette ballade au piano, comme jouée une nuit au coin du feu un soir de déprime alcoolisée. Les textes mélancoliques et soignés sont bien présents même si ce coté larmoyant n'est jamais très loin. Mais après tout, on est là pour ça. Pourtant l'ambiance change subitement sur le titre Okkervil River, malgré le clin d'œil à l'excellent groupe Texan. Des dérives radiophoniques aux couches surproduites et superflue envahissent la mélodie et les arrangements de violons s'en trouvent mis au placard. Une rythmique cassante et électronique nous cogne l'esprit en détruisant la douceur acoustique. Il semble qu'on ait voulu forcer un coté dansant sur le single The Show, donnant l'impression de l'avoir déjà entendu mille fois. Des ballades ont du être confiées à un fou de Pro Tools à qui on a dit : ajoute-moi dix pistes bruitistes aléatoires.

On en vient à se lasser rapidement de cette voix voilée, qui force sur sa face sentimentale. Certains titres écoutés seuls de temps en temps prennent parfois plus de valeur qu'un enchainement indigeste. Mais l'absence de lien entre l'acoustique et le synthétisme de bas étage semblant venir d'ailleurs, comme sur Blood Red Fist, termine de nous achever. Ce type de mélange est extrêmement difficile à faire sonner correctement mais on a ici essayé de suturer la plaie au fer à souder. Heureusement, quelques ballades ont échappé au massacre comme ce poème a cappella Let Bad In où l'on pense à Bright Eyes ou ce dernier titre Train avec un Ciaran Lavery qui chante enfin avec ses tripes, rappelant Damien Rice, sans effets surfait aucun.

Tout est un peu forcé sur cet album qui aurait pu être plaisant si une volonté de compliquer les choses dans le mauvais sens, peut-être pour plaire, n'avait pas tout gâché. On se contentera des quelques bons moments grâce à un songwriting réussi.
tracklisting
    01. Sonoma
  • 02. Okkervil River
  • 03. The Show
  • 04. Return to Form
  • 05. Tell Them All
  • 06. Let Bad In
  • 07. Blood Red Fist
  • 08. Wilder
  • 09. Failing Light
  • 10. Train
titres conseillés
    Train, Tell Them All
notes des lecteurs