logo SOV

Henri Herbert And The Fury

Live At Gypsy Hotel

Henri Herbert And The Fury - Live At Gypsy Hotel
Chronique Album
Date de sortie : 10.11.2017
Label : HH Records
4
Rédigé par Olivier Kalousdian, le 14 novembre 2017
Bookmark and Share
Loud and dirty (ndlr : puissant et brutal) ! C'est comme cela que Henri Herbert et son acolyte Jim Jones, appelé pour tenir les manettes de la production (avec Alex McGowan, au Space Eko Studio de Londres) de son premier album, entendent faire sonner le piano bastringue et ce punk-boogie en partie hérité du grand Jerry Lee Lewis.

Enregistré en condition live et sans overdubs au Gypsy Hotel de Londres le 6 mai dernier, ce LP illustre avec fièvre et sans commune mesure toute la puissance de feu de Henri Herbert et de sa nouvelle section rythmique, The Fury, composée de Jez Southgate à la basse et Aidan Sinclair (ex-The Computers) à la batterie. En prélude d'une tournée européenne (et anglaise) qui a lieu en ce moment même, Henri Herbert And The Fury donnent le ton et le tournis avec dix titres de boogie rageurs exécutés en trio et à la vitesse du son.

Avec le titre It Ain't Right de Little Water en ouverture et son blues transformé en « boogie supercharged » ou les titres She Think She Do et Pocket Venus respectivement tirés des EPs You Say et Wired, Henri Herbert passe en revue trois années d'une carrière solo démarrée après l'aventure supersonique de The Jim Jones Revue.
Dans chacune de leurs interprétations – dont le son est brut de décoffrage (pour ne pas dire crade, à dessein) – qui donnent à voir autant qu'à entendre, Henri Herbert & The Fury repoussent les meubles et les limites qu'avaient pourtant fixées Jerry Lee Lewis (auquel Henri Herbert rend hommage avec le titre, Milkshake Mademoiselle) dans son touché de piano et même Elvis Presley dans son flow torride et rougeoyant.

Enrichissant le disque d'un réalisme vintage, le public du Gypsy Hotel est le 4ème homme de la formation. Pris dans une tornade d'accords et d'harmoniques diaboliques, de rythmiques assassines menées tambour battant, il scande et siffle en tempo sans aucun signe de fatigue ou de lassitude (Boogie 69, Talkin Bout The Boogie) emporté par les breaks et les reprises d'un artiste anglais dont le talent s'affirme d'année en année.

Se permettant le luxe d'une reprise du titre Fire de Jimmy Hendrix sans guitares ni trompettes, Henri Herbert qui, il y a peu ouvrait le bal pour Richard Hawley, met les puristes KO debout par sa prestance et la pureté du style qu'il défend depuis des années, sans jamais assommer l'auditoire.
tracklisting
    01. Intro
  • 02. It Ain't Right
  • 03. That's What I Said
  • 04. She Think She Do
  • 05. Pocket Venus
  • 06. Boogie
  • 07. Bad Blood
  • 08. Milkshake Mademoiselle
  • 09. Raze Hell
  • 10. Fire
  • 11. Talkin' Bout The Boogie
titres conseillés
    Pocket Venus - She Think She Do - Raize Hell
notes des lecteurs
Du même artiste