logo SOV

The Lucid Dream

Compulsion Songs

The Lucid Dream - Compulsion Songs
Chronique Album
Date de sortie : 23.09.2016
Label : Holy Are You Recordings
45
Rédigé par Jean-Christophe Gé, le 25 septembre 2016
Bookmark and Share
Le quatuor de Carlisle ne fait pas que rêver. Six mois après la sortie de son deuxième album, le groupe partageait déjà sur internet un titre de son successeur. Même si l'attente depuis mars aura été plus longue que prévu, leur troisième opus, Compulsion Songs, est enfin sur nos platines et chaque minute passée à mûrir les titres en studio en valait la peine tant le résultat approche la perfection.

Les influences américaines de The Lucid Dream sont évacuées dès le morceau d'ouverture, Bad Texan. Plus qu'un cow-boy dark, c'est l'influence psychédélique des The Brian Jonestown Massacre ou The Warlocks que l'on rencontre sur ce morceau emmené par une grosse basse et des riffs de guitares tapageurs. Une influence plus écossaise s'entend dans le chant qui peut rappeler Underworld, reprenant en boucle les mêmes phrases, voire le même mot.

La force de Compulsion Songs vient de la diversité de ses ambiances et de la luminosité des compositions qui, malgré des grosses guitares et basses, ne s'enferment pas dans un style qui sent le cuir et l'essence. Le groupe vous transporte vers les grandes étendues sauvages (Stormy Waters) ou des rythmes plus urbains avec le dub I'm A Star In My Own Right.

Après ce long titre, le groupe s'essaie à une ballade de cowboy avec des guitares pleines de flanger pop (The Emptiest Place), une version bruitiste des Shadows. Sans transition, si vous n'avez pas la version vinyle, le groupe enchaîne sur 21st Century, un morceau de garage punk ultra bruyant, et ultra court (tout juste cent-vingt secondes).

Les morceaux épiques qui dépassent presque tous les six minutes n'assomment pas l'auditeur jusqu'à le mettre en transe. C'est plutôt un voyage conscient, en mode long courrier, que le groupe entreprend vers des espaces lumineux, voire joyeux. L'Epitaph est une chanson entraînante et joyeuse, des ambiances étonnantes pour clore un album psyché/shoegazing. Même si le morceau se termine par un « never coming back » hurlé en boucle, j'espère que The Lucid Dreams repasseront bientôt en studio pour poursuivre l'évolution réussie de leur rock psyché inspiré et entraînant.
tracklisting
    01. Bad Texan
  • 02. Stormy Waters
  • 03. I'm A Star In My Own Right
  • 04. The Emptiest Place
  • 05. 21st Century
  • 06. Nadir
  • 07. Epitaph
titres conseillés
    Stormy Waters - The Emptiest Place - Epitaph
notes des lecteurs
Du même artiste