logo SOV

The Rakes
Absentee

Paris, Trabendo - 8 avril 2006

Live-report par Fab

Bookmark and Share
Complet depuis près d'un mois, le concert des Rakes au Trabendo de paris était probablement le dernier du groupe en France avant la saison des festivals. Une bonne occasion de vérifier les progrès scéniques du quatuor, mais également de faire connaissance avec Absentee dont le premier album sortira le mois prochain en France. Sur le papier, l'affiche a de quoi surprendre, et le jeune public a toutes les peines du monde à se prendre au jeu. Calme et posée, la musique d'Absentee va chercher son inspiration du coté de Grandaddy ou Belle & Sebastian... deux références totalement opposées à la musique directe et accrocheuse proposée habituellement par les Rakes.
En dépit des à priori que certains pouvaient avoir, les sept musiciens composant le groupe, du guitariste au batteur, en passant par le saxophoniste et le trompettiste, proposent une prestation touchante et bien rôdée, à défaut d'être efficace. Les quelques sifflets entendus lors des premiers titres ne restent au final qu'un vague souvenir noyé dans les applaudissements provoqués par Weasel et l'excellent single Something To Bang.

Le public, si calme et posé jusque là, est totalement transfiguré dès lors que les premières notes de Terror! résonnent dans la salle. A mi-chemin entre une piste de danse et un champ de bataille, la fosse devient rapidement le théatre de nombreux slams et pogos incessants tout au long d'une prestation menée tambour battant et sans le moindre temps mort.
La première véritable surprise de ce début de concert est malgré tout la présence inattendue d'un cinquième membre sur scène, préposé le plus souvent aux claviers et à quelques rares occasions au tambourin. Un ajout sans doute dispensable mais agréable au final. La seconde, quoique prévisible, tient dans le fait que le groupe propose désormais en live sa reprise du Poinçonneur des Lilas de Serge Gainsbourg, intitulée Man With A Job. Rapidement reconnue par le public, et ponctuée par un couplet difficilement chanté en français, celle-ci ajoute une touche de sympathie supplémentaire à la personnalité d'un groupe qui n'en manque pourtant pas ! Le reste de la setlist se veut classique, entre tubes archi-diffusés à la radio (Retreat, Work Work Work (Pub, Club, Sleep) ou All Too Human) et bsides adoptées depuis bien longtemps par les fans (Dark Clouds, The World was A Mess But His Hair Was Perfect...).
Si la prestation d'ensemble du groupe est proche de la perfection, Alan Donohoe monopolise à tout instant l'attention, notamment après avoir dédié Open Book, bande son d’un spot publicitaire destiné à une diffusion massive dans les mois à venir, à un certain Zinedine Zidane, mais aussi et surtout en raison de son impressionante présence scénique : blagues, grimaces, gesticulations, danses... une incroyable panoplie de showman au service des Rakes.

Décevants l'an dernier lors de leur premier passage en France en première partie de Bloc Party, les Rakes sont désormais devenus un excellent groupe de scène capable de transcender son public en l'espace de quelques minutes. La saison des festivals s'annonce chaude !
setlist
    Terror!
    Retreat
    We Are All Animals
    Man With A Job
    Work Work Work (Pub, Club, Sleep)
    The Guilt
    T-Bone
    All Too Human
    Open Book
    Binary Love
    Dark Clouds
    Violent
    Ausland Mission
    22 Grand Job
    -----
    The World was A Mess But His Hair Was Perfect
    Something Clicked And I Fell Off The Edge
    Strasbourg
Du même artiste