logo SOV

Mumford And Sons

Johannesburg

Mumford And Sons - Johannesburg
Chronique Single/EP
Date de sortie : 17.06.2016
Label :Island Records
45
Rédigé par Louise Beliaeff, le 2 juillet 2016
Bookmark and Share
Ce n'est pas le timbre de Marcus Mumford. Non, c'est bien la voix chaude et claire de Baaba Maal chantant en peul qui ouvre le premier titre du tout nouvel EP de Mumford And Sons : Johannesburg. Et pour cause, les quatre Anglais ont fait naître en deux jours et deux nuits cet EP dans les studios de la capitale économique d'Afrique du Sud, alors-même qu'ils étaient en pleine tournée. Pour l'occasion, ils se sont entourés de la superstar sénégalaise Baaba Maal, du collectif anglo-malawite The Very Best ainsi que du trio Beatenberg, un groupe de Cape Town produisant une worldbeat acidulée. On shake tout ça, et on goûte.

S'ils sont connus pour leur rock flirtant avec la musique traditionnelle britannique, Mumford And Sons abandonnent le banjo pour la kora, tambours et autres instruments africains. Après le succès décapant de leurs trois précédents albums (Sigh No More en 2009, Babel en 2012 et Wilder Mind en 2015), ils se sont lancés dans une aventure basée sur une collaboration artistique hors-du-commun avec des artistes aux horizons variés. Par peur de tourner en rond ou par simple foi en la joie que peut procurer le partage, le groupe britannique a mis tout son talent dans l'élaboration de ces cinq titres, cinq petits bijoux qui effacent les réserves qu'on peut avoir lorsqu'il est question de World Music. Effectivement, le mélange fonctionne, c'est une communion réussie.

There Will Be Time sonne comme un hymne à l'union entre les peuples. Les voix s'entremêlent, les timbres, les langues. L'introduction douce au piano s'ouvre sur une montée harmonique ponctuée de percussions et un unisson final éclatant. La transition entre les voix des Anglais et celle de Baaba Maal est fluide et naturelle, on imagine parfaitement toute cette belle troupe multicolore sur scène. Les contrastes rythmiques enrichissent les morceaux. Prenons Wona comme exemple. La sous-pulsation ternaire (à trois) martelée par les tambours alterne avec un dédoublement en binaire (à deux) plus rock au son du backbeat à la caisse claire.

On ne fait que voyager. Un même titre nous transporte d'un univers à l'autre sans tomber dans le « collage » de cultures dans ni le « patchwork » de styles musicaux différents qui pourraient créer une sacrée cacophonie. Au contraire, le mariage est équilibré et chacun trouve sa place. Fool You've Landed démarre sur une polyrythmie de percussions et continue sur un groove plus pop, le tout toujours très enlevé et joyeux. Cette même énergie se retrouve dans les phrases scandées en boucle par le choeur sur Ngamila, telle la rengaine d'une comptine.

Le final est peut-être à la limite du « trop ». Plus mystérieux, plus mystique, le titre Si Tu Veux est une montée grandiloquente, profonde et chargée en émotions, que porte avec puissance la voix de Baaba Maal. Sur un tapis de percussions lointaines et sourdes, les choeurs en français closent magistralement Johannesburg : « Si tu veux, tu verras ». Ce n'est pas ce titre mais There Will Be Time qu'ils ont choisi d'interpréter en bis dans le jardin botanique de Durban puis sur la scène de l'amphithéâtre de Pretoria début février, avec le grand Baaba ouvrant les bras. Bel hymne à la fraternité, cet EP est une perle musicale parfaite pour lancer un été sous le sceau de la joie.
tracklisting
    01. There Will Be Time
  • 02. Wona
  • 03. Fool You've Landed
  • 04. Ngamila
  • 05. Si tu Veux
titres conseillés
    There Will Be Time, Wona
notes des lecteurs
Du même artiste