logo SOV

Hook And The Twin

Paris, Flèche d'Or - 28 avril 2010

Live-report par Hybu

Bookmark and Share
Contrairement à ce que disait l'introduction de la Flèche d'Or au sujet de Hook And The Twin, leur venue constituait leur second voyage hors de leurs frontières. La première, lors des Transmusicales, leur avait apporté une réputation scénique flatteuse dans notre beau pays, mais manifestement pas suffisamment pour amener la foule à ce concert.

En ouverture, La Patere Rose, obscur groupe québécois mélangeant chanson et electro pop, reprenant Edith Piaf et Talking Heads : certains n'ont pas peur des grands écarts. La veille, ils jouaient devant des milliers de personnes au concert de Mika à Bercy et le lendemain à la Flèche pour une centaine de têtes. Nous, amateurs de choses un peu moins casse-pieds (imaginez Olivia Ruiz proposant une musique très vaguement synth-pop), préférons attendre sur la terrasse, une mousse à la main en train de discuter avec les amis de l'excellent blog ww2w, autres fans de Hook And The Twin que je profite pour saluer chaleureusement ici.

Passons donc aux choses sérieuses. Auteur de deux sublimes singles, le premier autoproduit et le second sorti par la boutique Pure Groove, toujours à la pointe de l'actualité, le groupe n'a donc pas encore eu le temps de se former une fan base conséquente en dehors de son pays. Et c'est bien malheureux. Nous sommes une petite quarantaine tout au plus, cinq fans conquis d'avance à hurler au premier rang avant même le début de Chainsaw (je revendique mon côté groupie) et quelques curieux restés pour écouter. Le duo, aux tendances clairement rock choucroute, maitrise parfaitement l'hypnotisme de ses morceaux, jouant de boucles et de reverb pour mieux nous embarquer. Ce qu'ils réussissent vraiment avec l'intarissable Race For The Bone, sauvage d'austérité mélodique, presque vicieux et dérangeant mais surtout incroyablement bien arrané, qui commence à convaincre un public intrigué mais jusqu'à maintenant légèrement sceptique.
Mais ce sera surtout leur nouvelle chanson, We're So Light, jouée pour la première fois, beaucoup plus new wave que le reste de leur répertoire, qui emportera le plus de suffrages, quelques jeunes filles se laissant même aller à danser et tournoyer. Les quarante personnes apprécient. They'll Get Your Head s'approche quasiment d'un punk-funk new yorkais efficace, notamment grâce à la frappe sèche de l'excellent batteur. Enfin, ils finissent sur le génial Bang Bang Cherry, toujours aussi addictif et entêtant, avec son break sublime, durant lequel quelques personnes crient leur approbation jusqu'au point final jouissif.

D'un côté, nous étions tristes pour le groupe de les voir jouer devant si peu de monde, mais de l'autre, le show n'en n'était que plus intime avec la sensation de voir un groupe ne jouant que pour nous, fans de la première heure, dans un concert privé et ô combien intéressant. Un album est en préparation, nous l'attendons avec impatience.
setlist
    Chainsaw
    Tribes
    Race For The Bone
    We're So Light
    That Was The Day
    They'll Get Your Head
    Bang Bang Cherry
photos du concert
    Du même artiste