chronique album

Cornershop & The Double 'O' Groove Of

Date de sortie : 14.03.2011
Label : Ample Play Records/Differ-ant
**
Bookmark and Share

La dernière fois que le groupe de Leicester avait fait parler de lui, c'était en 2009, lors de la sortie de Judy Sucks A Lemon For Breakfast. Nous avions alors retrouvé les influences variées de Tjinder Singh : sonorités indiennes, rock 70's mais aussi funk et musique électronique. Aujourd'hui, pour fêter les vingt années de collaboration des rois de l'hindi music made in England, Cornershop nous reviennent en compagnie de la chanteuse indienne Bubbley Kaur pour un nouvel album pour le moins surprenant.

Pour financer l'enregistrement et la sortie de ce Cornershop & The Double 'O' Groove Of, le groupe a fait appel à son public via Pledgemusic : en premier lieu, un simple système de pré-commandes mais aussi tout un merchandising allant de la guitare dédicacée de Tjinder aux tee-shirts en passant par un dîner avec le groupe... bref, on presse le citron jusqu'à n'en plus pouvoir. Rapidement, les fonds sont récoltés et la formation peut alors enregistrer son effort sur son propre label : Ample Play.
Le résultat est une fois encore stupéfiant : le chant est délégué à Bubbley Kaur, avec qui Cornershop avait d'ailleurs déjà collaboré en 2004 pour le titre Topknot (présent sur cet album mais dans une version remasterisée). Lorsqu'elle rencontre Tjinder Singh en 2003, la jeune Indienne n'a jamais chanté ou écrit mais sa personnalité attire le chanteur ; à partir de ce moment naissent une amitié entre les deux et une vocation pour la novice. En résulte ce Cornershop & The Double 'O' Groove Of, haut en couleurs et en diversité.

S'il est extrêmement différent de son prédécesseur, il n'en garde pas moins ce melting pot ayant fait la réputation des Anglais. La toile de fond : Bubbley Kaur place son chant traditionnel punjabi (de la région du Penjab, au Nord-Ouest de l'Inde, dont sont originaires Bubbley et Tjinder) sur des arrangements audacieux et résolument modernes. Chaque titre se positionne dans une nuance différente : on y retrouve le funk si particulier du groupe avec un mélange de guitare et de sitar (United Provinces Of India) ou une grosse ligne de basse (Natch). Comme à chaque fois avec Cornershop, les styles et les instruments s'enchaînent pour créer cet univers unique, décalé, à cheval entre le traditionnel et le modernisme : des beats hip-hop (Supercomputed), des cuivres, des instruments à vent (Once There Was A Wintetime), des rythmes calibrés pour le dancefloor (Natch) ou du clavecin désuet (Double Decker Eyelashes), rien ne fait peur à cette bande de joyeux lurons. Malgré tout, le chant reste une part importante et prédominante de cet album et même s'il est servi de la meilleure des manières, il n'en demeure pas moins relativement monotone et surtout un brin agaçant.
Si vous n'êtes pas récalcitrant à cet élément, vous pourrez alors apprécier ce que le groupe décrit comme une rencontre entre Kraftwerk et Irene Cara (ndlr : interprète de la B.O. De Flashdance) avec Supercomputed ou encore les prémices du hip-hop avec Double Digit (car Tjinder Singh a écrit un article très sérieux dans une revue spécialisée visant à démontrer le chant traditionnel punjabi comme étant la première forme de hip-hop).

Vous l'aurez compris, Cornershop s'aventurent à nouveau dans des contrées sonores encore inexplorées et vont même jusqu'à faire appel à un tiers pour la partie vocale, ce qui bouscule considérablement les premières écoutes de Cornershop & The Double 'O' Groove Of. Passé l'étonnement, on prendra beaucoup de plaisir à se la jouer Bollywood en écoutant United Provinces Of India ou le très réussi Topknot (sur lequel, selon la rumeur, MIA aurait demandé de chanter).

Amandine, 19 mars 2011

tracklist
  1. United Provinces Of India
  2. Topknot
  3. The 911 Curry
  4. Natch
  5. Double Decker Eyelashes
  6. The Biro Pen
  7. Supercomputed
  8. Once There Was A Wintertime
  9. Double Digit
  10. Don't Shake It
titres conseillés
United Provinces Of India - Topknot
notes des lecteurs