logo SOV

Bloc Party

Intimacy

Bloc Party - Intimacy
Chronique Album
Date de sortie : 27.10.2008
Label : Wichita Recordings/Cooperative Music
4
Rédigé par Fab, le 26 octobre 2008
Bookmark and Share
Après avoir infligé à leurs fans la sortie d'un Flux grossier et insipide à leurs fans à l'automne 2007, Bloc Party avaient frappé un grand coup l'été passé avec Mercury, successeur étonnant et atypique mais aussi annonciateur d'une nouvelle orientation inattendue. Quelques mois plus tard, ce troisième album studio, Intimacy, s'impose comme la création d'un groupe décomplexé et plus ambitieux que jamais.

Écornée par A Weekend In The City, l'image de groupe à singles que trainaient Kele Okereke et ses trois comparses à la suite des succès qu'avaient constitué Banquet ou Hellicopter est ici laissée de côté pour ne pas dire totalement annihilée. En incorporant à leurs rythmiques sommes toutes classiques de nombreux éléments électroniques et distorsions diverses, les anglais ont choisi de faire table rase sur leur passé pour mettre en avant une maturité et des choix artistiques parfaitement assumés. Après avoir bénéficié plus que de raison du retour en grâce du mouvement post-punk, marquent dès l'ouverture de ce disque, via Ares, une prise de position assortie d'une remise en cause à tous les niveaux. Tant musical que lyrique (« War war war war, I want to declare a war », phrase clamée avec rage par Kele Okereke), le poids de ce titre majeur de l'album se révèle écoute après écoute comme la synthèse de la nouvelle personnalité du groupe.

Passées les surprises que constituent l'utilisation abondante des sons synthétiques et l'absence de single réellement fédérateur, Intimacy se place malgré tout dans la lignée des précédentes productions du quatuor anglais. En retrait par instants, Russell Lissack et Gordon Moakes retrouvent rapidement leur importance sur des compositions directes et électriques du calibre de Halo, One Month Off ou Trojan Horse, tandis que Biko ou encore Signs, apaisés et étirés, tout comme le progressif et jouissif Ion Square, sont les descendants directs de This Modern Love ou So Here We Are dans un style aérien que le groupe semble toujours autant affectionner. Une diversité déstabilisante par instant mais également une preuve convaincante de la profondeur du disque.

Innovants et inspirés, tout en affichant clairement leur volonté d'aller de l'avant, Bloc Party tiennent finalement avec Intimacy la confirmation qu'aurait dû être A Weekend In The City il y a maintenant deux ans.
tracklisting
    1. Ares
  • 2. Mercury
  • 3. Halo
  • 4. Biko
  • 5. Trojan Horse
  • 6. Signs
  • 7. One Month Off
  • 8. Zephyrus
  • 9. Talons
  • 10. Better Than Heaven
  • 11. Ion Square
titres conseillés
    Ion Square - Ares - Halo
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste