logo SOV

James

Girl At The End Of The World

James - Girl At The End Of The World
Chronique Album
Date de sortie : 18.03.2016
Label : Infectious
2
Rédigé par Emmanuel Stranadica, le 14 mars 2016
Bookmark and Share
Depuis leur reformation en 2007, les Mancuniens de James n'ont pas cessé de donner des concerts et de sortir des albums. Le dernier en date, La Petite Mort, assez peu jouissif d'ailleurs, était paru en juin 2014. Les anglais remettent ça avec un nouvel opus, le quatorzième de leur carrière, intitulé Girl At The End Of The World.

Devant le peu d'intérêt de leur précédent album, il va de soi que c'est avec un enthousiasme relativement modéré que nous nous sommes plongés dans les douze chansons figurant sur ce disque. C'est la dénommée Bitch qui ouvre les hostilités, avec sa longue intro où ligne de basse, guitare et claviers se conjuguent à merveille. La voix de Tim Booth résonne après plus de deux minutes d'attente et on trouve une certaine joie en écoutant cette chanson. Le refrain s'avère assez quand même surprenant, l'anglais s'exclamant à plusieurs reprises: "So what a bitch, bitch, bitch, bitch, bitch. I'm just a bitch, bitch, bitch, bitch, bitch.". Tout un programme !
Néanmoins l'amorce du disque est bonne et plaisante avec cette chanson, moderne et plutôt novatrice. Cependant pas d'emballement prématuré, car Walk Like You qui débute La Petite Mort est également une excellente chanson. Ce qui ne nous avait pas empêché de sérieusement déchanter par la suite...

Le premier single extrait de l'album, To My Suprise, fait suite et on grimace déjà un peu. Le chant de Tim s'avère un tant soit peu agaçant et le refrain sérieusement calibré pour passer sur les radios périphériques. Certes cela reste un single mais quand on repense à certaines chansons telles que Oh My Heart ou Waterfront, période Hey Ma, le disque du retour, on se dit que ce groupe avait de sacrées facultés pour sortir d'excellentes compositions même si elles pouvaient s'avérer grand public. Aussi s'interroge-t-on sur cette inspiration qui semble à nouveau lui faire défaut une fois encore ici. Car le disque va continuer à s'enliser dans des sables terriblement mouvants. L'électronique et James ne semblent plus faire bon ménage. Il y a pourtant eu Wah Wah, disque certes expérimental mais complètement électronique. Celui-ci avait été réalisé à l'époque de Laid, chef d'œuvre absolu du groupe. En plein succès, le groupe avait ensuite rêvé de devenir un jour U2. Il n'en a rien été. Mais ceci est une autre histoire...

Aujourd'hui peut-on se dire que James n'ont plus vraiment grand-chose à nous raconter ? Il n'y a qu'un pas à cela. Si en milieu d'album, Feet Of Clay rallume une lueur d'espoir l'instant de deux minutes et trente secondes, celle-ci s'éteint instantanément avec Surfer's Song où James retombent à nouveau dans leurs travers avec un morceau dansant raté. Le disque ne retrouvera malheureusement pas ce second souffle tant espéré, les titres s’enchaînent sans relief et frôlent bien souvent le mauvais goût. C'est finalement l'ultime chanson, qui donne son nom à l'album, qui va sauver le disque du naufrage. Girl At The End Of The World voit enfin les Mancuniens retrouver une certaine splendeur avec une pop song comme on aimerait entendre davantage sur cet album. Sans s'avérer géniale, on se serait allègrement contenté d'autres chansons dans cet esprit. Mais pour cela il faudra repasser.

On est donc une fois encore très déçu par ce groupe qu'on a tant chéri par le passé. Girl At The End Of The World aurait pu constituer un excellent EP, malheureusement ce sont douze compositions qui figurent sur le disque. On regrettera également la trop longue absence du groupe sur une scène française, alors qu'il continue de donner régulièrement des concerts de haute facture en Grande Bretagne.

Pour se consoler et compenser tout cela, on se jettera sans hésitation aucune sur le Greenpeace Palace Concert, un enregistrement acoustique de 1994 édité en vinyle pour la prochaine édition du Disquaire Day en avril. Cette galette en poche, on sera alors probablement en mesure leur pardonner tous leurs écarts.
tracklisting
    01. Bitch
  • 02. To My Surprise
  • 03. Nothing But Love
  • 04. Attention
  • 05. Dear John
  • 06. Feet Of Clay
  • 07. Surfer's Song
  • 08. Catapult
  • 09. Move Down South
  • 10. Alvin
  • 11. Walking
  • 12. Girl At The End Of The Worl
titres conseillés
    Bitch - Feet Of Clay - Girl At The End Of The World
notes des lecteurs
Du même artiste