logo SOV

Adem

Takes

Adem - Takes
Chronique Album
Date de sortie : 12.05.2008
Label : Domino Records/PIAS
4
Rédigé par Kris, le 15 juillet 2008
Bookmark and Share
La reprise est un exercice à risque. Le choix de reprendre une chanson induit déjà le fait qu’elle recèle au préalable un charme inhérent qui donne cette envie de se l’approprier, de la re-façonner selon ses propres attentes, ses propres fantasmes. Alors, comment mesurer la juste pesée entre audace et dénaturation ? Entre fidélité et pâle copie ? Ou bien justement, tout est-il dans la démesure ?

Adem, membre de Fridge, sort donc son troisième album Takes en faisant des choix de reprises définitivement intéressantes. Que ce soit PJ Harvey, dEUS, Aphex Twin ou encore Björk, les convenances d’Adem semblent clairement orientée indie. Ce qui fait mouche dès les premières écoutes sont la formidable cohérence des environnements sonores crées malgré la nature intrinsèquement disparate des albums de reprises. Malgré la variété des chansons choisies, Adem est parvenu à orienter toutes ses reprises dans le même sens. Et fort heureusement, ce sens tend à se niveler vers le haut, voire même un peu plus.

Les arrangements adoptés sont d’une délicatesse flamboyante de sobriété, rappelant parfois le folk-pop brillant d’un Sufjan Stevens ou d’un Andrew Bird. Les légèretés d’un xylophone, les dédoublements vocaux, les pickings savoureux témoignent d’une présence sans lourdeur, tandis que la sollenité d’ambiances langoureuses trahissent une profondeur sans pression outre-mesure. On assiste ainsi à de fortes jolies ballades, telle Bedside Table de Bedhead, qui d’entrée de jeu impose une envolée de cordes tout en retenue et en maîtrise, ou encore la bien inspirée Hotellounge de dEUS, calquée sur le même schéma.

S’il fût cependant quelconque reproche à faire à ce Takes, il serait bien évidemment question de la pertinence réelle de ces reprises. Car on ne se risque à pareille pratique plus par volonté de démonstration que réelle démarche artistique. La question se pose dès lors que Takes impose ce travail de miroir, comparant source et image, inspirant la réflexion à l’infini. Mais finalement, un album de reprises n’est-il pas plus sincère qu’un album original sous influences ? Ou bien est-ce, comme ici, un trompe-l’œil où l’artiste dissimule pour mieux montrer ? Ce qu’on l’on tient pour net avec Adem, en tout cas, est cette forte capacité à garder une constance identitaire sonore, à défaut de parvenir à retenir le degré d’intensité – poignante ou mélancolique – tout au long de l’album.

Les reprises de ces chansons, pour certaines méconnues, montrent ainsi la volonté première d’Adem d’apporter quelque chose provenant de son propre vécu de la musique, délivrant selon son propre prisme son amour pour les chansons qu’il visite. Si chacun ressent différemment ces mélodies qui nous traversent l’esprit, pour certains, il faut savoir prendre des chemins détournés pour forcer la main aux moins enclins. Armé d’une guitare et d’un xylophone, Adem nous montre la voie de sa liberté.
tracklisting
    01. Bedside Table (Bedhead)
  • 02. Oh My Lover (PJ Harvey)
  • 03. Slide (Lisa Germano)
  • 04. Loro (Pinback)
  • 05. Hotellounge (dEUS)
  • 06. To Cure A Weakling Child + Boy/Girl Song (Aphex Twin)
  • 07. Tears Are In Your Eyes (Yo la Tengo)
  • 08. Starla (Smashing Pumpkins)
  • 09. Gamera (Tortoise)
  • 10. Unravel (Björk)
  • 11. Invisible Man (The Breeders)
  • 12. Laser Beam (Low)
titres conseillés
    Bedside Table, Hotellounge, To Cure A Weakling Child (Boy Girl Song)
notes des lecteurs
Du même artiste