logo SOV

Gabe Gurnsey

Physical

Gabe Gurnsey - Physical
Chronique Album
Date de sortie : 03.08.2018
Label : Phantasy
35
Rédigé par Jean-Christophe Gé, le 15 août 2018
Bookmark and Share
Après treize ans au sein de Factory Floor, Gabe Gurnsey s'est échappé en solo pour le temps d'une longue nuit électro. Les quatorze titres de Physical racontent une nuit du moment où on se décide de sortir, jusqu'au petit matin. Il a voulu l'expérience très différente de celle de son groupe, mais si le processus créatif et le rendu sont probablement très personnels, la filiation reste évidente. Le matériel reste le même : des synthés ultra froids utilisés au top de leur capacité. Avec les deux albums très différents de son groupe, il a déjà couvert une grande partie du spectre qu'on peut atteindre avec ce genre de matériel.

Ainsi, comme avec Factory Floor, on retrouve l'influence de Depeche Mode période Alan Wilder, New Order ou Section 25. L'ambiance est oppressante, la production minimale avec rarement plus de quatre ou cinq pistes jouant simultanément même s'il y en a bien plus pour construire un morceau. Comme une bonne soirée, ça ne peut pas être une aventure totalement solitaire, Gabe Gurnsey s'est fait accompagner par Erol Alkan à la production, aussi à l'aise dans le registre rock (Mystery Jets, Ride...) qu'électro avec des remixes pour Daft Punk et Depeche Mode.

Les différentes parties se répondent et muent en cours de chanson. L'album porte bien son nom, Physical, même si l'ambiance est glaciale, elle n'en reste pas moins très personnelle et on a bien l'impression de participer à cette soirée. Dès le deuxième titre You Can, l'auditeur peut se mette en mode pilotage automatique pour danser sur un rythme imparable soutenu par le chanteur qui répète que vous pouvez danser et un puissant riff de basse qui vous relancera si vous fatiguez. Le rythme saccadé de Temazzy vous fera ressembler à un C3PO sous ecstasy mais le ridicule tue moins que la drogue sur le dancefloor.

En fait, chaque morceau vous fera emmènera sur un nouveau type de chorégraphie et un nouveau personnage, un peu comme un ballet déjanté en quatorze tableaux. Sweet heart et son saxophone torturé me rappelle les instants torturés de The Cure sur Pornography ou The Top, installant un immense malaise au cœur de la nuit quand la fièvre du samedi soir devient fièvre grippale. Après cette descente New kind, le morceau le plus « pop » de l'album, vous remettra debout. Appréciez les guillemets sur pop, on est très loin de l'ambiance Ibiza.

Les fans de Factory Floor ne seront pas déçu par cet album dans la droite lignée de ce que propose le duo, une bonne entrée en matière pour le double album qui sortira à la rentrée.
tracklisting
    01. Ultra Clear Sound
  • 02. You Can
  • 03. Temazzy
  • 04. Harder Rhythm
  • 05. Sweet Heat
  • 06. New Kind
  • 07. Heavy Rubber
  • 08. In States
  • 09. I Get
  • 10. Version
  • 11. Eyes Over
  • 12. AM Crystal
  • 13. Night Track
  • 14. The Last Channel
titres conseillés
    You can - Sweet Heart - New Kind
notes des lecteurs