logo SOV

Drones Club

Big World

Drones Club - Big World
Chronique Album
Date de sortie : 08.11.2019
Label : Joyrider Recordings
3
Rédigé par Pierre-Arnaud Jonard, le 16 novembre 2019
Bookmark and Share
Auteurs de plusieurs singles depuis 2015, Drones Club sortent enfin aujourd'hui un premier album. Un disque qui puise dans tous les styles d'électro : italo-disco, house, trip-hop... mais ne convainc guère. De trop nombreux morceaux de cet album sonnent comme de la french touch 98, et si cela était novateur à cette époque, ça ne l'est absolument plus aujourd'hui.

On sent tout au long du disque un côté passéiste, et si cet album aurait été excellent s'il était sorti en 1992 ou 1993, il semble aujourd'hui un peu à côté de la plaque. Un titre comme Storm Drain, par exemple, sonne comme un titre de acid house de 1991. Undivided lorgne quant à lui bien trop sur le Massive Attack des débuts pour être honnête. D'autres morceaux semblent, quant à eux, être des inédits de Daft Punk restés dans les tiroirs. Et Drones Club font même une erreur d'appréciation en sortant comme premier single extrait de l'album un Barcelona sans grand intérêt.

Car le disque, malgré ses innombrables défauts, a ses moments. On pense notamment à Fearless, un titre à l'influence italo disco évidente et vraie bombe pour dancefloor, à Family groovy à souhait ou à Notion qui conclut l'album sur une belle note de disco élégante. Le reste du temps, le combo offre des titres ou trop datés ou sans grand intérêt comme ce Air poussif aux vocoders sans grande originalité. Il y a certains morceaux qui pourraient être très bons à l'instar de ces Grand Central ou Earth mais on a l'impression d'entendre des inédit de la Haçienda 89.
Le début de l'album est particulièrement raté et dieu sait pourtant comme il est important de bien démarrer un disque. Le premier morceau Why est une sorte de rap commercial déjà entendu mille fois sur Youtube avec une rythmique d'une banalité affligeante. Left Hand Light qui suit n'est guère meilleur en ne brillant vraiment pas par son originalité.

Au final, Big World n'est pas un disque si catastrophique qu'il en a l'air. Il a même ses moments et ceux-ci, même s'ils sont rares, s'avèrent de qualité mais à l'écoute de ce disque, on s'interroge sur les véritables intentions du groupe. On sent chez eux un grand amour pour toute l'Histoire de la musique électronique mais cela ne se traduit malheureusement qu'à des moments épars sur ce premier opus.
tracklisting
    01. Why
  • 02. Left Hand Light
  • 03. Barcelona
  • 04. Storm Drain
  • 05. Fearless
  • 06. Air
  • 07. Undivided
  • 08. Grand Central
  • 09. Earth (feat. Annie Jenkins)
  • 10. U Never Wanted Any More
  • 11. Family
  • 12. O Holy Night
  • 13. Notion (feat. Bessie Turner)
titres conseillés
    Fearless - Family - Notion
notes des lecteurs