Live report : This Is Not A Love Song - Nîmes - 03.06.2018 - Sound Of Violence
logo SOV

This Is Not A Love Song

Nîmes, du 1er au 3 juin 2018

Live-report rédigé par Pierre-Arnaud Jonard le 11 juin 2018

Bookmark and Share
Le troisième et dernier jour du festival This Is Not A Love Song démarre de la plus belle des façons avec le set des biterrois de Fabulous Sheep.

Ces derniers sont devenus au fil des mois l'un des tous meilleurs groupes français et ce alors même qu'ils n'ont pas encore sorti d'album. Sur scène, Fabulous Sheep est une vraie machine de guerre à l'efficacité impressionnante. Leurs compositions allient beauté mélodique et énergie punk. On pense évidemment aux Libertines avec ces morceaux pop punk à la beauté vénéneuse. Jouer durant l'après-midi n'est pas chose aisée, surtout pour ce genre de musique faite pour la nuit, mais les héraultais y parviennent, et de quelle manière. Leurs morceaux touchent tous leur cible et l'on est ébahi par cette musique toute autant efficace qu'émotionnelle. Fabulous Sheep est un groupe qui joue avec ses tripes. Il n'y en a pas tant que cela dans la scène musicale actuelle.

SOV
Les australiens de Rolling Blackouts Coastal Fever délivrent un concert d'une pop agréable aux oreilles réminiscente de groupes comme The Go-Betweens. Leur son évoque aussi le rock US classique et l'on passe un bon moment en leur compagnie.

Les Lullies, encore un groupe régional puisque montpelliérain, balance un set ultra carré. On a plaisir à entendre leur garage punk qui évoque les belles heures des Ramones. Direct, efficace. Un très bon set de leur part.

On se rend ensuite au concert de The Breeders qui se révèle l'un des shows du festival qui déçoit le plus. Les Breeders ont été un grand groupe mais ce soir là leur set est d'une mollesse incroyable. Cela ne décolle jamais. Tous les morceaux sont joués dans un même faux rythme qui ennuie tellement que l'on ne reste pas jusqu'à la fin.
On préfère aller voir le set de Park Hotel au Patio et l'on a bien raison car le duo formé de Tim Abbey et Rebecca Marcos-Rosa nous enchante. Tim Abbey est un musicien extrêmement talentueux comme on a pu le voir dans le dernier line-up de Razorlight dans lequel il joue de la basse. Avec son projet Park Hotel, il nous offre une pop enjouée aux réminiscences 80's. Une pop faite pour danser avec ses basses élastiques. La délicieuse voix de Rebecca fait le reste. Le groupe vient juste de se former mais a déjà sorti des titres incroyables comme Going West ou Gone As A Friend. Assurément un groupe dont on va entendre parler.

SOV
Le set de IDLES est l'un des tous meilleurs sinon le meilleur du festival. On sait que les anglais sont des bêtes de scène mais ce soir là, dans la grande salle, ils délivrent un set grandiose, d'une puissance tellurique. Tout y est : la folie, les morceaux qui marquent et une osmose totale entre le groupe et son public.
IDLES délivrent des titres de leur premier album Brutalism devenus des classiques comme Well Done, Mother ou Date Night mais également des morceaux de leur disque à venir qui sont tout autant efficaces et acérés que ceux de leur premier opus.
IDLES est incontestablement le meilleur groupe de la vague post-punk qui a déferlé sur le monde depuis maintenant quelques années. Il est bon en plus d'entendre un groupe anglais dédicacer l'un de ses morceaux aux migrants en leur souhaitant la bienvenue en Angleterre et en expliquant que ce sont eux qui ont permis l'instauration de la sécurité sociale au Royaume-Uni. Les sauts dans le public du chanteur et du guitariste ne sont pas, comme souvent, pour assurer le spectacle mais pour montrer à quel point ce groupe et son public sont unis comme les doigts de la main. Un grand moment.

On termine la journée, comme avec IDLES, avec du gros son avec le set de Deadcross, le nouveau projet de Mike Patton. Ce qui est notable avec ce dernier, c'est que l'on ne peut pas dire que le succès de Faith No More l'ait fait évoluer vers des registres plus commerciaux, bien au contraire. Dead Cross délivre un hardcore vigoureux au son lourd et massif. Un très bon concert pour finir en beauté un festival qui aura une fois de plus tenu toutes ses promesses.
artistes
    Fabulous Sheep
    Loheem
    Rolling Blackouts Coastal Fever
    Tiste Cool
    Park Hotel
    Deerhunter
    Les Lullies
    Harold Martinez
    Cigarettes After Sex
    Cosmo Pyke
    The Breeders
    Ezra Furman
    IDLES
    Gabriel Garzón-Montano
    Dead Cross
    The Black Madonna