logo SOV

Pitchfork Music Festival

Paris, du 15 au 21 novembre 2021

Live-report rdig par Franck Narquin le 26 novembre 2021

Bookmark and Share
samedi 20
Une bouteille d'eau, un ibuprofène, un tour à la salle de gym (une de ces assertions est fausse, sauras-tu trouver laquelle ?) et nous sommes fin prêts à attaquer cette deuxième soirée Avant-Garde.

Après avoir terminé trop tard et entendu trop de guitares, on commence donc par flatter notre côté urbain en filant au Badaboum pour découvrir Kam-BU, car comme le disait Fuzati, le hip-hop c'est mon pote. Le jeune rappeur londonien d'origine jamaïquaine s'est fait remarquer avec son rap conscient, évoquant notamment le sort des migrants et son flow acéré à la Dizzee Rascal, tout en faisant rimer grime et politique. Les hipsters du 11ème arrondissement ont l'air conquis, nous aussi.

SOV
Retour au Supersonic, pour écouter les filles de Lime Garden. Barrettes dans les cheveux et robes longues évasées sur Doc Martens, si on ne l'avait pas remarqué, les groupes du Pitchfork Music Festival viennent nous le rappeler, le revival 90's bat son plein. Leur pop chaloupée faite de mélodies accrocheuses et de hooks qui restent en tête n'aurait pas fait tâche en pleine période britpop. Quelques morceaux comme Sick & Tired, Pulp, Clockwork ou Fever sortent du lot et permettent aux jeunes britanniques de décrocher haut la main la mention bien.

SOV
On s'enfile enfin une première pinte bien méritée avant de filer chez Supersonic Records pour écouter d'une oreille distraite le très beau H. Hawkline, au charme photogénique tout britannique, et sa pop élégante plutôt destinée aux platines domestiques qu'aux soirées de festival. Mais si l'on est arrivé si tôt dans cette micro-salle, ce n'est pas pour tant pour le divin gallois que pour s'assurer de ne pas rater le set de Yard Act, le groupe de Leeds qui squatte nos platines depuis la sortie de ses premiers titres, menés par les excellents singles The Overload et Fixer Upper. Biberonné tant par The Fall que par Blur, leur post-punk aux accents pop, fait mouche. Son guitariste survolté, doppelgänger de Lemmy de Motörhead, et le chanteur à lunettes avec la gouaille d'un jeune Damon Albarn y font pour beaucoup, et le public ne s'y trompe pas. Ça gigotte sévèrement dans les premiers rangs, reprenant en cœur le refrain de Land Of The Blind comme si l'on était à Glastonbury.

Après ces deux soirs, un trio de tête se dégage nettement, composé (sans ordre de préférence) de Talk Show, Wet Leg et Yard Act. Mais ce qu'on le retiendra avant tout, c'est la confirmation du très haut niveau de la jeune scène rock anglaise, emboitant fièrement le pas aux darons d'IDLES, Fontaines D.C. et consorts, et nous promettant de grands albums à venir en 2022. Gageons qu'on en reparlera très vite pour notre plus grand plaisir, ici même, dans les pages de Sound of Violence.
artistes
    Berwyn
    Choses Sauvages
    Elliott Armen
    En Attendant Ana
    Fabiana Palladino
    ENNY
    Faux Real
    H Hawkline
    Kamal.
    Kam-BU
    Kathleen Frances
    Katy J Pearson
    Lime Garden
    L'Rain
    ML Buch
    Yard Act