logo SOV

Ash
Indoor Pets

Paris, Maroquinerie - 16 décembre 2018

Live-report par Pierre-Arnaud Jonard

Bookmark and Share
Superbe affiche en ce dimanche soir à la Maroquinerie de Paris pour bien terminer l'année avec les anglais de Indoor Pets et les irlandais de Ash. Les premiers initialement connus sous le nom de Get Inuit viennent de signer avec Wichita Recordings. Leur premier album, Be Content, sortira en mars Prochain. Si, sur disque, le groupe sonne comme un croisement réussi entre les Beach Boys et Weezer, live il dégage une énergie bien plus puissante. Leur set débute par Mean Heart, un titre de l'album à venir qui déboule toutes guitares dehors. Electrify seul morceau de la période Get Inuit joué ce soir est tout aussi efficace. Indoor Pets nous offrent ensuite Hi, premier single extrait de leur album, une pop song irrésistible. Teriyaki revient à un son plus dur et s'avère aussi efficace que grandiose.

SOV
Il aura suffi de quatre morceaux pour que les britanniques se mettent la Maroquinerie dans la poche. Le public qui ne connaissait pas le groupe avant leur prestation applaudit maintenant à tout rompre. Il faut dire que de voir Indoor Pets en première partie de Ash est assez cohérent. Certes, les deux groupes n'ont pas exactement le même son mais ils ont en commun l'amour des mélodies pop et l'agressivité punk. Heavy Thoughts et Cutie Pie, I'm Bloated confirment que l'on a affaire à un futur grand groupe. Being Strange qui suit est peut être le sommet du show en équilibre entre pop majestueuse et griffure rock. Indoor Pets impressionnent car malgré la jeunesse de ses membres, le groupe a déjà acquis une grande maturité, que l'on peut sans doute expliquer par le grand nombre de concerts que le groupe a déjà donné. Sur scène, ils dégagent une puissance et une sérénité qui les font passer pour de vieux briscards. Le combo termine son set par un Pro Procrastinator très grunge, guitares et chants hurlés. En tout juste une demi-heure, Indoor Pets ont fait forte impression. On a tout autant hâte de la sortie de leur premier album que de les revoir très vite sur scène.

Un journaliste britannique avait écrit un jour que Ash figuraient dans les dix groupes qu'il fallait avoir vu sur scène avant de mourir. On pense à cette phrase tout au long du concert du soir tant elle s'avère juste. Vingt-cinq ans de carrière déjà et Ash se révèlent toujours au top.
Le trio entame le set par un excellent titre tiré de son dernier album, Islands, True Story. Le classique Kung Fu qui suit possède toujours la même magie qu'à sa sortie il y a vingt-cinq ans. Cocoon, seul titre du soir joué par Ash de leur précédent album Kablammo! est du Ash pur sucre avec cette efficacité pop punk qui semble être depuis toujours leur marque de fabrique.
Annabel, autre très bon titre de Islands suit avant le sublime Oh Yeah, peut-être le meilleur morceau pop punk de tous les temps. Ce titre est un joyau. L'entendre provoque toujours la même émotion, proche d'un orgasme musical. Confessions In The Pool ralentit un peu le tempo mais s'avère tout aussi bon, un morceau tout en subtilité. A Life Less Ordinary, tiré de la Bo du film éponyme, arracherait des larmes tant la version donnée ce soir flirte avec le sublime. Et que dire de Shining Light qui là encore côtoie les sommets.

SOV
Ash montrent leur côté le plus dur avec Orpheus sur lequel les solos de Tim Wheeler se font quasi hardrock avant de dévoiler leur côté crooner sur une reprise de John Williams, Cantina Band. On a grand plaisir à entendre Jesus Says et Numbskull tirés de leur second album, Nu-Clear Sounds, avant que ne déboule un autre classique (on ne les compte plus), Girl From Mars, autre merveille du groupe.
Les irlandais terminent leur set sur un incandescent Burn Baby Burn avant de revenir pour un rappel de quatre titres : Did Your Love Burnt Out?, autre titre tiré de leur dernier album, qui montre qu'aujourd'hui comme hier Ash sont capables de pondre de superbes pépites pop punk qui semblent dès la première écoute devenir d'instantanés classiques, le merveilleux Angel Interceptor et les non moins fameux Wildsurf et Lose Control qui concluent un set qui aura été de bout en bout remarquable.

Des classiques à la pelle, un Tim Wheeler toujours aussi chaleureux et sympathique, une Maroquinerie bondée avec un public en fusion. Un dimanche de bonheur.
setlist
    INDOOR PETS
    Mean Heart
    Electrify
    Hi
    Teriyaki
    Heavy Thoughts
    Cutie Pie, I'm Bloated
    Being Strange
    Barbiturates
    Pro Procrastinator

    ASH
    True Story
    Kung Fu
    Cocoon
    Annabel
    Oh Yeah
    Confessions In The pool
    A Life Less Ordinary
    Goldfinger
    Walking Barefoot
    Shining Light
    All That I Have Left
    Incoming Waves
    Orpheus
    Cantina Band (John Williams Cover)
    Jesus Says
    Numbskull
    Buzzkill
    Girl From Mars
    Burn Baby Burn
    ---
    Did Your Love Burnt Out?
    Angel Interceptor
    Wildsurf
    Lose Control
photos du concert
    Du même artiste