logo SOV

Little Barrie
The Killer Meters

Paris, Nouveau Casino - 1er juillet 2010

Live-report par Anne-Line

Bookmark and Share
Le soleil est au rendez-vous pour l'ouverture de la deuxième édition du festival Colors au Nouveau Casino en ce 1er juillet. Un petit peu trop, même! C'est la canicule dans les rues, et on est heureux de profiter de la climatisation une fois à l'intérieur. Contrairement au format habituel des soirées rock, où les groupes jouent en premier avant que les DJs investissent les platines, ce soir le programme est inversé : il y aura d'abord la soirée, puis les groupes monteront sur scène. L'attente est donc très longue entre l'ouverture des portes, vers 20h, et l'arrivée du premier groupe sur scène, à 22h30.

The Killer Meters, lesquels tirent leur nom du groupe américain The Meters, débarquent à toute berzingue, et tout le monde oublie l'ennui et la chaleur. Le batteur est déguisé en sous-Ringo Starrr époque Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band, et la chanteuse est une véritable copie de Shingai Shoniwa des Noisettes sous ecsta. Ils jouent un rock très énergique aux relents de blues rocailleux, qui arrive à faire danser la salle sans trop d'effort. Très accrocheur en live, l'absence de véritable chanson mémorable les classe définitivement dans la catégorie des groupes de festivals.

Lorsque Little Barrie font enfin leur entrée, le public est toujours très clairsemé. Leur absence de deux ans a-t-elle lésé leur popularité ? Difficile à dire. Les spectateurs présents, en tous cas, sont très enthousiastes ! Ils sont accueillis comme de vieux amis. Le nouveau batteur du combo, Virgil Howe, est en réalité celui des Killer Meters vus juste avant, sans son déguisement ! Contrairement à son prédécesseur (Billy Skinner), son style sied à merveille celui du groupe, et apporte une petite touche de folie douce en plus.
Barrie Cadogan répète plusieurs fois leur joie de retrouver la France, et cela se voit. Ils jouent un set d'une intensité jouissive, où s'entrechoquent nouvelles compositions et anciens morceaux, qu'on peut désormais appeler de vieux classiques : Pin That Badge, Burned Out, Love You... Le plaisir de jouer est visiblement resté intact chez eux malgré les changements de batteur constants, et c'est un bonheur sans cesse renouvelé que de regarder Barrie Cadogan, non pas jouer de la guitare, mais s'amuser à en faire.

Cinq ans après leur premier album, les Little Barrie sont restés parmi les groupes les plus authentiques et les plus intéressants de la scène britannique.
setlist
    Surf Hell
    Twisted Little Blades
    Pin That Badge
    Money In Paper
    Why Don't You Do It
    Tip It Over
    Halo
    Burned Out
    Pretty Pictures
    I Can't Wait
    Love You
    New Diamond Love
    -----
    Pay To Join
photos du concert
    Du même artiste