logo SOV

Babyshambles

Shotter's Nation

Babyshambles - Shotter's Nation
Chronique Album
Date de sortie : 01.10.2007
Label : Regal/Parlophone
35
Rédigé par Johan, le 30 septembre 2007
Bookmark and Share
Après un premier album torché à la laine de verre, Babyshambles se reprennent en main avec l'aide du producteur Stephen Street (The Smiths, Blur, Kaiser Chiefs, ...) pour une oeuvre pop plus constante dans l'effet, maîtrisée et propre sur elle, se permettant même des choeurs aériens et sans accroc sur le premier single Delivery paru le 17 septembre.

Le tri a cette fois été fait. Shotter's Nation est truffé de petites chansons sans prétention dont Doherty est maintenant passé maître. Soulagé aussi bien de titres irritants (pourquoi bon sang cet ignoble Pentonville en milieu de Down In Albion ?) que de tubes démesurés à La Belle Et La Bête et autres Sticks & Stones, le nouvel effort se révèle sympathique au gré des écoutes sans pour autant créer l'euphorie fanatique qu'il – ou plutôt que Doherty – suscitera immanquablement. La faute à un dealer qui, plutôt que de rassembler sa centaine de titres – entre les nombreuses démos qui traînent sur le net et les b-sides que le groupe a pu réaliser, il y a vraiment de quoi faire un excellent album –, ne distille son anti-songwriting qu'au compte-goutte.

Sur douze titres, l'ex-Libertines est capable du meilleur comme du pire. En veine, les deux premiers Carry On Up The Morning et Delivery retrouvent l'immédiateté d'un Fuck Forever quand le dernier, The Lost Art Of Murder et sa guitare dépouillée, fait appel à Bert Jansch pour un exquis final acoustique. D'autres, plus étonnants, prouvent la volonté du groupe à se renouveler comme la démo There She Goes réenregistrée façon ska jazzy du I Wish de l'EP The Blinding et le blues psyché de Crumb Begging arborant un orgue emprunté aux Stranglers le laissent penser.

D'autres encore, malheureusement, ne font pas le poids et amoindrissent l'impact qu'aurait pu avoir l'album, à l'image des plus classiques UnBilo Titled et Deft Left Hand. Car après tout, que le groupe plagie The Kinks ou The Jam, soit ; il faut bien puiser son inspiration quelque part et le rock des années 60/70 est un véritable puit sans fin. Mais qu'il rabâche ses propres mélodies, il y a tout de même des limites à ne pas dépasser. Doherty ne se gêne pourtant pas et reprend sur le dispensable UnStookie Titled le pont de Fuck Forever, sabotant quelque peu le plaisir pris à l'écoute de ce Shotter's Nation.

Le meilleur album des Babyshambles demeure donc au final Stookie + Jim Bumfest Demos, en attendant l'album solo d'un Pete qui, espérons-le, parviendra à se contenir et accoucher de chansons aussi instinctives que ses démos. On ne demande que ça ...
tracklisting
    01. Carry On Up The Morning
  • 02. Delivery
  • 03. You Talk
  • 04. UnBilo Titled
  • 05. Side Of The Road
  • 06. Crumb Begging
  • 07. UnStookie Titled
  • 08. French Dog Blues
  • 09. There She Goes
  • 10. Baddies Boogie
  • 11. Deft Left Hand
  • 12. The Lost Art Of Murder
titres conseillés
    There She Goes, Carry On.., The Lost Art Of Murder, Crumb Begging
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste