Chronique album : Sammo Hung - Stand Up and Swear - Sound Of Violence
logo SOV

Sammo Hung

Stand Up and Swear

Sammo Hung - Stand Up and Swear
Chronique Album
Date de sortie : 17.11.2003
Label : No Danger Recordings
Rédigé par Wilfried, le 19 juin 2004
Bookmark and Share
Les Yeah Yeah Yeah’s, Pretty Girls Make Graves ou Kaito hier, Drive Like You Stole It ou Sammo Hung aujourd’hui, Help She Can’t Swim demain ... on ne s’étonne désormais plus de voir exponentiellement débarquer ces groupes aux accents féminins dans l’univers rock, balayant le cliché que leurs voix se prêtaient aux compos pop. Ce ne sont plus des exceptions, la nouvelle scène est elle aussi en route vers la parité.

La tendance du moment convient aussi d’appliquer un « post » à tout ce qui sonne un peu hardcore ou aux accents punk. Sammo Hung navigue à peu près dans ces eaux là et se plaisent à se définir eux même comme un groupe math-pop. Ces gallois sortent ici leur premier opus, composé exclusivement de nouveaux titres, après avoir tourné avec les Yeah Yeah Yeah’s, Mclusky, Rocket From The Crypt ou encore les Cooper Temple Clause; et sorti une poignée de singles prometteurs.

Sammo Hung, emmené par la bondissante Jemma Ropper, aime aller vite, très vite. Rapide Stand Up And Swear l’est aussi, l’album est court, une demi heure tout juste pour treize morceaux, un seul titre seulement dépassant la barre des trois minutes. Le morceau d’ouverture Two Finger Blues pose les bases. Le ton est vif, agressif et accrocheur, s’y ajoutent riffs heavy et basse qui reprend le dessus par intermittence. Toute l’originalité du groupe de Cardiff réside dans la voix de Jemma Ropper, légèrement nasillarde et gémissante, qui par certains cotés, rappelle, Niki Colk de Kaito.

Toutes les influences du groupe se font sentir, des Slits à Fugazi. On retrouve puissance, énergie et rage mêlées dans un ton enjoué et frais, parfois même insouciant. Sans titres véritablement plus faible compose Stand Up And Swear peut souffrir d’un côté quelque peu rébarbatif avec des morceaux souvent assez similaires. Exception faite cependant de I Love The Leader, et son refrain entraînant, qui est sans doute le sommet de l’album. Secouant et bondissant.

Autre très bon morceau Dwignt, à l’intro très Sonic Youth, plus lent et plus atmosphérique. On retiendra aussi He Know Reno dont les longues parties instru aux guitares entraînantes apportent une touche d’originalité dont Sammo Hung manque parfois.

Cet album laisse un sentiment étrange, d’inachevé ou de potentiel encore non libéré, on sent chez eux la capacité de faire un peu mieux et d’affirmer encore plus leur personnalité. Ça tombe bien, ils prépareraient déjà un second album …

tracklisting
    01. Two Finger Blues
  • 02. A Good Parking Place
  • 03. Being Led Out
  • 04. In A Fit Of Something
  • 05. I Love The Leader
  • 06. Dwight
  • 07. The Disco Commandments
  • 08. My Display !
  • 09. He Know Reno
  • 10. Youth – No Moral Compass
  • 11. At Home, I’m A Shark
  • 12. The Laughing Astronaut
  • 13. Spectral Recordings
titres conseillés
    I Love The Leader, Dwight, He Know Reno
notes des lecteurs