logo SOV

The Earlies

These Were The Earlies

The Earlies - These Were The Earlies
Chronique Album
Date de sortie : 19.07.2004
Label : Names On Records/Virgin
3
Rédigé par Olivier, le 1er janvier 2006
Bookmark and Share
Après quatre singles et un EP, The Earlies, groupe mi-texan, mi-mancunien nous gratifie donc de ce premier album, sorte d'invitation au rêve, dans lequel nous plongeons sans plus attendre...

L'introduction, The Beginning sert d'envol. Le mélange entre chants d'oiseaux, bruits de cascades d'eau et rires d'enfants, nous fait apercevoir un monde abstrait vers lequel nous allons nous élancer, une sorte de voyage à travers différentes contrées de notre imagination... Ca dure 25 secondes, et ça fait un peu "accrochez vos ceintures, la température au sol est de 18°C et nous allons à présent décoller", mais comme ce n'est que le premier morceau d'un premier album, on peut croire à un clin d'œil à prendre au second degré sous la forme d'un "bienvenue dans l'univers des Earlies"...

Suite à cette introduction, le deuxième morceau de l'album, One Of Us Is Dead, fait fortement penser à un mélange entre une orchestration envoûtante digne de A Day In A Life de l'album Sgt Pepper's Lonely Hearths Club Band des Beatles, assortie de voix et de paroles calmes et posées que l'on peux trouver dans certaines chansons des Pink Floyd comme dans If de l'album Atom Heart Mother.
L'assortiment de piano, de cordes et de bois (hautbois et flûte notamment) dans la troisième chanson, Wayward Song semble déployer les ailes de cette oeuvre. L'orchestration, là encore magistrale, donne cette impression de prendre de l'altitude, puis de piquer vers le sol lorsque tout s'accélère. Un des moments forts de l'album.

La piste la plus abstraite, Slow Man's Dream, presque angoissante parce que quelque peu saccadée à cause d'une basse menaçante et de notes de piano aiguës, plonge nos oreilles dans un sommeil crispant. Cette transition nous amène à 25 Easy Pieces sorte de rêve éveillé, toujours en équilibre entre angoisse et sérénité, un peu long, voire ennuyeux. Parce que dérangeant ?
L’album se réveille avec Morning Wonder, chanson beaucoup plus électronique, plus accessible aussi. Enchevêtrements de rythmes et de samples nous ramènent en terrain connu, même si les voix restent de l'ordre du psychédélique. On passera sur l'exubérant The Devil's Country, qui n'apporte rien à l'album, si ce n'est un riff synthétique crâneur digne des pires bandes originales de mauvais péplums, pour nous reposer sur Song For #3, morceau beaucoup plus fin, plus simple et plus dénudé, sorte de poème où voix féminines et piano léger nous refont gagner de l'altitude. Lows n'est pas bien intéressante non plus, tout au plus reposante un peu comme une musique d'ascenseur ou de salle d'attente de médecin. C'est joli, mais Vangelis était là bien avant...

L'album retrouve son identité avec Bring It Back Again. On y retrouve une forme de recherche de la part du groupe, un mélange plutôt de bon goût entre musique électronique et mélodies planantes. L’ensemble est dynamique et prenant. L'ultime morceau, Dead Birds, semble boucler la boucle, l'album commençant par des chants d'oiseaux. Cette chanson relativement courte se présente comme un bouquet final, où toutes les tendances musicales de l'album sont résumées. La fin du voyage est annoncée, mais les paroles "fly away, fly away..." nous invitent à présent à prendre notre envol par nous même...

En conclusion, These Were The Earlies reste un bel album qui confirme, accompagné du premier opus de Flotation Toy Warning, le retour en cet été 2004 d'une certaine Ambiant-Pop. La musique des Earlies, méditative, parfois expérimentale, psychédélique voire un peu jazzy par moment, rappelle entre autres Mercury Rev, dEUS, Spiritualized, Air, ou encore Notwist. La première écoute est réellement envoûtante mais les suivantes amènent beaucoup plus à la critique. Il reste simplement au groupe à trouver plus solidement son identité car l'album, certes irrégulier et tombant parfois dans la facilité, reste néanmoins prometteur. Affaire à suivre...
tracklisting
    1. In The Beginning
  • 2. One Of Us Is Dead
  • 3. Wayward Song
  • 4. Slow Man's Dream
  • 5. 25 Easy Pieces
  • 6. Morning Wonder
  • 7. The Devil's Country
  • 8. Song For #3
  • 9. Lows
  • 10. Bring It Back Again
  • 11. Dead Birds
titres conseillés
    Wayward Song, Morning Wonder, Bring It Back Again
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste