logo SOV

Mumford And Sons

Wilder Mind

Mumford And Sons - Wilder Mind
Chronique Album
Date de sortie : 04.05.2015
Label : Island Records
2
Rédigé par Mélodie, le 25 mai 2015
Bookmark and Share
Quelqu'un saurait-il ce que sont devenus les Mumford And Sons ? Faut-il lancer un avis de recherche ? Certes, les quatre anglais nous reviennent avec un nouvel album, Wilder Mind, mais il leur ressemble tellement peu qu'on peine à croire qu'il s'agit bien d'eux. Que leur est-il arrivé ?

e Mumford And Sons, on se souvient d'un folk délicieux porté par le banjo, l'accordéon, et la guitare sèche. En somme, une musique douce et rêveuse qui donnait envie de se rouler dans l'herbe et d'être heureux, tout simplement. Exit le banjo sur Wilder Mind, et exit les roulades dans l'herbe. Mumford And Sons ont décidé d'opérer un virage (presque) radical vers un rock osé qui n'a, malheureusement, pas grande originalité. Il y a fort à parier que les petits british en ont eu marre de l'image proprette que leur folk leur donnait. Par ailleurs, leur producteur Markus Dravs, à qui l'on doit les deux premiers opus, dont le très beau Babel, n'a pas travaillé avec eux sur Wilder Mind. A la place, le groupe s'est offert les services de James Ford, qui a produit, entre autres, les Arctic Monkeys et Florence And The Machine. Ainsi, adieu banjo et guitare acoustique, Mumford And Sons se mettent à l'électrique.

Il est difficile d'écouter sereinement Wilder Mind car on ne reconnait tellement pas les Mumford And Sons qu'on en est complètement désarçonné. L'album s'ouvre sur des titres pas toujours digestes qui n'aident pas à faire passer la pilule. The Wolf nous achève avec son rock tonitruant et assourdissant. On croirait entendre les Kings Of Leon, sauf qu'il ne s'agit pas ici pas d'eux. Et ce qu'on pourrait aisément entendre chez certains groupes, ne passe pas du tout avec Mumford And Sons qui nous avaient habitués à autre chose. Le single Believe, résolument rock, n'a pas grand intérêt, on croirait l'avoir déjà écouté des dizaines de fois.
Pourtant, la seconde moitié de Wilder Mind laisse planer un espoir avec quelques étincelles folk. C'est le cas de Broad-Shouldered Beasts et Cold Arms qui nous surprennent beaucoup moins et dont on prendrait presque plaisir à écouter. D'ailleurs, l'album se clôt sur cette même note de douceur qui dénote complètement avec l'ambiance électrique du début. Avec Hot Gates, on retrouverait presque enfin Mumford and Sons. Trop tard, malheureusement.

Oui, c'est vrai, il n'y a que les ronchons qui n'aiment pas le changement. Oui, Bob Dylan a été hué lorsqu'il a osé se mettre à la guitare électrique alors qu'aujourd'hui on acclame cette évolution. Mais Les Mumford And Sons ne sont pas Bob Dylan. Et cela ne change en rien le fait que Wilder Mind est très décevant. C'est triste à admettre.
tracklisting
    01. Tompkins Square Park
  • 02. Believe
  • 03. The Wolf
  • 04. Wilder Mind
  • 05. Just Smoke
  • 06. Monster
  • 07. Snake Eyes
  • 08. Broad-Shouldered Beasts
  • 09. Cold Arms
  • 10. Ditmas
  • 11. Only Love
  • 12. Hot Gates
titres conseillés
    Cold Arms, Hot Gates
notes des lecteurs
Du même artiste