logo SOV

Autobahn

Dissemble

Autobahn - Dissemble
Chronique Album
Date de sortie : 21.08.2015
Label : Tough Love Records
3
Rédigé par Fantin, le 20 août 2015
Bookmark and Share
Dépeindre la froideur et les décors industriels du nord de l'Angleterre semble décidément être une source d'inspiration inépuisable. Venu de Leeds, le groupe Autobahn vient montrer que sa ville n'est pas aussi guillerette que les compositions pop d'Alt-J. En tout cas, telle est l'impression que véhicule la musique cold-wave du groupe au nom évocateur et lourd à porter.

« Dissemble exprime la vision romantique et tordue qu'a Autobahn du monde : ne pas prendre la vie trop au sérieux. », admet son chanteur à la voix d'une dureté grave. Sur un musique brutale et sans concession qui vient rappeler qu'il y a « punk » dans « post-punk », le groupe de Leeds prend plaisir à jouer de la réalité. L'aggraver pour mieux dénoncer ? Peut-être. Ou bien le désabus pousse-t-il à un humour sarcastique et à la dérision du malêtre.

Quoi qu'il en soit, la subtilité des textes d'Autobahn n'est pas des plus perceptibles par l'auditeur francophone. Celui-ci s'émerveillera plutôt du son authentique de ce premier effort, comme sorti d'une cave mancunienne à la fin des 70s. L'ombre des Cure époque Pornography n'est pas absente (Immaterial man, Beautiful Place To Die) et celle des Horrors plane sur des chansons aux sonorités plus modernes (Society).

Si les premiers titres marquent par leur urgence et leur puissance, la construction instrumentale, similaire pour chacun des titres, peine par la suite à mettre en avant des bonnes compositions. Et cela, pour la simple et bonne raison que cet album en contient assez peu. Il y a certes Beautiful Place To Die et sa basse qui n'est pas sans rappeler She's Lost Control, Suicide Saturday et son riff au désabus criant ainsi que le très appréciable Immaterial Man. Mais pour le reste, il semble qu'à trop vouloir sonner authentique, Autobahn a oublié d'écrire des chansons.

Les guitares aigües et répétitives à l'arrière-plan, les tempos toujours vifs et l'absence de répit de la batterie fatiguent vite. Ostentation et Passion dissuadent presque d'aller au bout du disque. Dommage. Le potentiel est là, et Autobahn doit être très appréciable en live compte tenu de son jeu efficace et fracassant. Malheureusement, ce premier disque perd l'oreille de l'auditeur aussi vite qu'il l'accroche.
tracklisting
    01. Missing In Action
  • 02. Immaterial Man
  • 03. Impressionist
  • 04. Beautiful Place To Die
  • 05. Dissemble
  • 06. Society
  • 07. Ostentation
  • 08. Passion
  • 09. Suicide Saturday
  • 10. Deprivation
titres conseillés
    Immaterial Man - Beautiful Place To Die - Suicide Saturday
notes des lecteurs
Du même artiste