logo SOV

Catholic Action

Celebrated By Strangers

Catholic Action - Celebrated By Strangers
Chronique Album
Date de sortie : 27.03.2020
Label : Modern Sky
35
Rédigé par Laetitia Mavrel, le 23 mars 2020
Bookmark and Share
Catholic Action reviennent trois ans après leur premier album pour nous livrer Celebrated By Strangers, où le style du quatuor de Glasgow s'affine grâce à une multitude d'influences qui orientent le nouveau disque vers un synth rock toujours aussi déluré.

Le groupe s'est vu attribuer lors de ses débuts par une partie de la presse britannique une étiquette trendy dite Glasgow DIY. Entendez-ici des jeunes qui piochent largement dans une belle liste de références et qui se les approprient de façon assumée afin de ne pas être facilement catégorisés dans tel ou tel style.
Tout cela signifiant en fait que les jeunes musiciens menés par Chris McCrory n'ont que faire de s'affilier aux diverses tendances, sachant savamment poser des filtres sur leurs sources d'inspirations pop, rock, ou new wave pour un résultat crédible.

Celebrated by Strangers prend un peu plus le pli d'un rock garage largement saupoudré de ce synthé aux réverbérations planantes de la fin des années 70, ou plus électroniques comme au début des années 80. L'influence des arrangements savants de Brian Eno sont ici ressentis, et grand bien nous en fasse car le disque dévoile ainsi quelques petites pépites glam rock sonnant toujours modernes.

L'album s'ouvre avec Grange Hell (South London In D) où une mini cacophonie de tout enchaîne avec un riff de guitare et une ligne de basse donnant une mélodie simple et très entrainante. Le morceau plante le décor : il s'agira d'une suite de titres aux ingrédients reconnus et efficaces. Rythmique saccadée, chant en canon, riffs primaires, le groupe tape fort et sans s'entraver d'une multitude d'arrangements inutiles.

I'm No Artist, où la basse est particulièrement dominante, nous amène vers un rock aux accents un peu robotiques que l'on trouvait au tout début des années 80 sur certains titres de New Order ou Talking Heads. Mais rapidement la guitare s'envole et prouve que quarante ans après la recette (légèrement dépoussiérée) est toujours aussi efficace.
Le single déjà dévoilé One Of Us aux petits riffs de guitares malicieux et au chant en mode un peu moqueur, dissimule en réalité une diatribe envers les plus aisés qui ont semé depuis ces dernières années la discorde et l'éclatement au sein du Royaume-Uni. Le titre monte crescendo et on anticipe déjà les joyeux pogos dans la fosse quand les concerts seront à nouveau à l'ordre du jour.

Certains morceaux ralentissent le rythme pour notre plus grand plaisir, mettant ici en valeur les talents de compositeur et de producteur de McCrory. And It Shows est des plus réussi car mené par une basse profonde, quelques notes allégées au synthé et une rythmique à base de clappements donnant un petit côté soul au tout.
Sign Here est un bel hommage aux ballades passionnées et très mélodieuses des Beach Boys de la fin des années 70. Une douce harmonie dans le chant et une envolée des guitares enrobent le tout d'une belle dose de classe.

Deux titres sont particulièrement réussis et seront ceux qui probablement resteront le plus dans nos esprits. Le morceau de clôture Four Guitars (For Scottish Independence), pas besoin de traduire, dont l'intro au piano nous fait nous rappeler le Mr Blue Sky d'Electric Light Orchestra est un morceau hymne qui par son rythme cadencé et ses gros échos à la guitare se révèle très fédérateur.
People Don't Protest Enough, ici aussi, traduction évidente, prend le parti d'une synth pop très bien maitrisée, qui ne sonne jamais has been, et qui prouve le haut degré d'érudition du jeune Chris McCrory.

La scène de Glasgow est à juste titre mise en avant pour son audace et son talent à se détacher d'office de « ce qui se fait en ce moment ». Avec des prédécesseurs aussi prestigieux que Primal Scream ou Franz Ferdinand, chacun ayant définitivement lancé quelque chose d'authentique lors de ses débuts, on ne peut que souhaiter le même destin à Catholic Action, qui confirment avec ce Celebrated By Strangers un talent réel et palpable, à défaut d'un choix de nom pertinent (mais cela reste très subjectif).
tracklisting
    01. Grange Hell (South London In D)
  • 02. Witness
  • 03. I’m No Artist
  • 04. One Of Us
  • 05. Yr Old Dad
  • 06. And It Shows
  • 07. People Don't Protest Enough
  • 08. Another Name For Loneliness
  • 09. Sign Here
  • 10. There Will Always Be A Light
  • 11. Four Guitars (For Scottish Independence)
titres conseillés
    Grange Hell (South London In D), One Of Us, I'm No Artist, Four Guitars (For Scottish Independence)
notes des lecteurs
Du même artiste