logo SOV

EOB

Earth

EOB - Earth
Chronique Album
Date de sortie : 17.04.2020
Label : Capitol Records
4
Rédigé par Amandine, le 16 avril 2020
Bookmark and Share
Derrière le très sobre et mystérieux pseudonyme EOB se cache en réalité Ed O'Brien, l'un des deux guitaristes de génie de Radiohead, lequel s'essaie enfin à l'album solo après une longue préparation de près de huit ans. « The last thing the world needs is a shit album by me » confessait-il il y a quelques semaines ; espérons qu'il relève le défi !

S'il peut paraître, de prime abord, difficile de s'extraire pour un temps d'un groupe mythique tel que Radiohead, les musiciens d'Oxford s'en sont plutôt bien sorti jusqu'alors. Que ce soit les compositions de Thom Yorke, en solo ou avec Atoms For Peace, qui ont rencontré un franc succès ou celles de Jonny Greenwood, ovationné pour ses musiques de film, ensemble ou en solo, les membres de Radiohead démontrent avec brio l'étendue de leurs talents.
Pourtant, jusqu'à maintenant Ed O'Brien, comme à son habitude, était resté discret mais aujourd'hui, après huit longues années de tâtonnements et plus de deux ans d'enregistrement , il nous livre enfin, avec Earth, son premier album solo.

Shangri-La ouvre sur le falsetto si reconnaissable d'O'Brien qui se mêle à une rythmique percutante et des guitares accrocheuses.
Réduire les compositions de Earth à de simples ballades folk (Sail On ou encore le duo avec Laura Marling sur Cloak Of The Night) seraient profondément injuste tant EOB réussit à sortir d'un schéma trop conventionnel, à l'image de Brasil, qui débute sur une guitare acoustique pour muter en un OVNI électronique lancinant où les influences de son séjour au Brésil se laissent entendre.
On entrevoit alors que sous une apparente simplicité, cet album saura également surprendre par son audace. Nous ne sommes bien entendu pas sur un album de Thom Yorke, les influences et les goûts y sont foncièrement différents mais il n'empêche qu'un Olympik, aux accents de Depeche Mode, dansant à souhait, somptueusement réalisé, apparaît comme une franche et belle réussite.

Multiplier les parallèles avec Radiohead n'est certainement pas le plus beau compliment que l'on puisse faire à Ed O'Brien pour ce premier album ; même s'il est indéniable que quelques réminiscences se font sentir (après tout, sa touche, bien que souvent remisée au profit de Thom ou Jonny, est bel et bien l'une des pièces maîtresses du succès du groupe), Earth occupe un espace éloigné de celui du groupe. A la fois intimiste (Sail On, en réponse à la mort de son cousin) et osé, EOB a réussi son pari : « If you decide that you have to make music or art, then you're looking for the truth, not perfection ».
tracklisting
    01. Shagri-La
  • 02. Brasil
  • 03. Deep Days
  • 04. Long Time Coming
  • 05. Mass
  • 06. Banksters
  • 07. Sail On
  • 08. Olympik
  • 09. Cloak of the Night
titres conseillés
    Brasil, Olympik, Banksters
notes des lecteurs
Du même artiste