Live report : Solidays - Paris - 23.06.2017 - Sound Of Violence
logo SOV

Solidays

Paris, du 23 au 25 juin 2017

Live-report rédigé par Déborah Galopin le 28 juin 2017

Bookmark and Share
Comme chaque année, Solidays se place parmi les premiers festivals de l’été. Heureusement, les températures caniculaires de cette semaine ont baissé, rendant ces trois jours supportables. Avant de pouvoir profiter de l’ambiance festive de l’Hippodrome de Longchamp et des cinq scènes différentes où nous attendent des artistes aux styles éclectiques, il nous faut tout de même traverser une première épreuve et pas des moindres : la navette. Aussi serrés que lors d’un concert de Kungs dans la chaleur étouffante du bus et sans pouvoir bouger d’un centimètre, la tension monte pour les festivaliers enjoués et impatients d’arriver à destination.

SOV
Bien que le site ait ouvert à 16 heures, c’est à 19 heures que nous assistons à notre premier concert sous le chapiteau du César Circus. Le groupe The Dizzy Brains nous balance sauvagement dans l’ambiance du festival avec un son bien rock faisant swinguer le public. On se laisse capter par l’énergie débordante du chanteur, Eddy. La force qu’il dégage est telle qu’il titube sur scène à la fin d’un de ses premiers morceaux. Et puisque nous sommes à Solidays, sa chanson Baby Jane qu’il adresse à tous ceux qui aiment le sexe, arrive à point nommé. Eddy se fait soudain plus sensuel se tenant dans une posture suggestive. Les percussions montent progressivement jusqu’à atteindre leur apogée à la fin du titre en même temps que l’orgasme que le chanteur simule. Sa présence scénique captive, jouant le jeu jusqu’au bout, sans pour autant tomber dans la vulgarité. Une excellente entrée en matière !

SOV
On ne peut pas vraiment en dire autant du concert de La Femme qui se tient juste après sur la scène Paris. L’ouverture du concert se fait sur Sphinx, titre phare de leur second album. Si les personnages déguisés sur scène fascinent d’abord, on sent que les artistes sont là pour s’amuser plus que pour chercher à nous impressionner. Trois danseurs se lancent dans une chorégraphie recréant Shiva et ses multiples bras dans des mouvements désordonnés et désaccordés. Travestissement, femmes topless et slip champignon, pour ceux qui auraient pu regretter de ne pas se rendre à la gay pride le lendemain, pas de regrets à avoir puisque nous y sommes. La chanson Mycose est bien sûr de rigueur, tout comme les titres de leur premier album qui sont toujours efficaces en live. Un groupe qu’on sent de moins en moins impliqué dans ses prestations, pour preuve Marlon préfère chanter en playback sur l’un des titres, heureusement toujours bien accueilli par ses fans.

SOV
De retour sous le chapiteau, pour un concert plus calme, mais pas moins pêchu pour autant. Rocky, quatuor lillois, propose une musique exclusivement composée de percussions et arrangements électroniques. Leur chanteuse à la voix chaleureuse communique toute sa bonne humeur aux personnes présentes, accompagnée de sonorités house. Au milieu de son set, Inès Kokous en profite pour faire un clin d’œil au R'n'B des années 90 qui fait partie de leurs influences. Ils interprètent une chanson intitulée Brandy and Monaco en hommage à Brandy et Monica, chanteuses du célèbre tube The Boy Is Mine.

SOV
À 22 h, la tension redescend encore d’un cran avec Wax Tailor qui nous offre un set bien calme. Les voix alternent entre deux univers. Charlotte Savary nous emmène dans une musique plus légère et onirique, alors que le second chanteur s’ancre dans un univers plus rap et hip-hop, toujours marqué par la patte si particulière de Wax Tailor. Malgré le talent du compositeur, le live se révèle être une petite déception par l’ambiance particulièrement éteinte qui y règne.

Passée une demi-heure de concert, le public s’éloigne pour rejoindre la scène Bagatelle où va se produire Kungs. De toute évidence, il s’agit d’un des artistes les plus attendus de cette soirée au vu de la foule qui afflue. Celui-ci démarre fort son live avec des effets visuels : la tête du jeune DJ stylisée est projetée sur écrans géants et entourée de néons mouvants. Kungs balance des classiques de la chanson pour faire bouger son public et satisfaire tous les âges, de Hit The road Jack de Ray Charles, en passant par Voulez-Vous de Abba ou encore par Seven Nation Army de The White Stripes. L’enchaînement des titres est rapide et avec pour seule transition de grosses basses. La redondance se fait rapidement sentir. Si son live fonctionne, c’est davantage par rapport aux chansons qu’il diffuse que par rapport à la qualité de ses remixes.

SOV
Un autre type de musique électronque arrive sur la scène Paris où nous étions tout à l’heure. Nous sommes bien loin des mixes estivaux de Kungs avec la techno hardcore du groupe britannique The Prodigy. Pas de montée progressive pour ce groupe, qui préfère déverser le son brutalement aux oreilles de la foule. Les lumières vives et stroboscopiques accompagnent les basses violentes de leurs titres qui plongent la foule dans une hystérie complète. Sans transition, tout s’emballe, la foule saute et pogote alors que les enceintes saturent. On reconnaît leurs titres comme The Day Is My Enemy ou encore Voodoo People. Un concert qui ne fait pas l’unanimité, mais qui réjouit ceux en recherche de sensations fortes.

SOV
On clôt cette soirée avec le DJ Vitalic. Malgré l’heure tardive et la fatigue qui commence à se faire sentir, c’est jusqu’au bout qu’on reste accroché aux sonorités électroniques et vibrantes de l'artiste, qui sait parfaitement hypnotiser son public. On retrouve bien sûr l’incontournable Poison Lips et plusieurs titres de son nouvel album comme Waiting For The Stars ou Lightspeed. L’un des live les plus réussis de cette soirée, impeccable tant dans sa mise en scène ou la qualité de sa performance que dans l’ambiance.

De quoi terminer cette première soirée sur une note positive, avant de se reposer jusqu’à la prochaine journée de ce festival.
artistes
    Kungs
    Toots and The Maytals
    Silent Disco
    Lucille Crew
    Batuk
    In The Can
    Acid Arab Live
    Vitalic ODC live
    The Dizzy Brains
    La Femme
    Boulevard des Airs
    Rocky
    Bon Entendeur
    Dj Pone
    Gaël Faye
    You Man Live
    Hugo Barriol
    F(ens)foire
    Georgio
    Wax Tailor
    Tale Of Us
    The NoFace
    The Prodigy
    Mac Miller
    The Pirouettes
photos du festival