Live report : This Is Not A Love Song - Nîmes - 01.06.2019 - Sound Of Violence
logo SOV

This Is Not A Love Song

Nîmes, du 30 mai au 1er juin 2019

Live-report rédigé par Pierre-Arnaud Jonard le 11 juin 2019

[phpBB Debug] PHP Warning: in file /home/soundofviolence/public_html/inc/fonctions.php on line 749: simplexml_load_file(): php_network_getaddresses: getaddrinfo failed: Temporary failure in name resolution
[phpBB Debug] PHP Warning: in file /home/soundofviolence/public_html/inc/fonctions.php on line 749: simplexml_load_file(http://api.bit.ly/v3/shorten?login=glouf&apiKey=R_3b0811f7566228217810b0c9a6ad914b&uri=https://www.soundofviolence.net/articles/festival/679/this_is_not_a_love_song_.html&format=xml): failed to open stream: php_network_getaddresses: getaddrinfo failed: Temporary failure in name resolution
[phpBB Debug] PHP Warning: in file /home/soundofviolence/public_html/inc/fonctions.php on line 749: simplexml_load_file(): I/O warning : failed to load external entity "http://api.bit.ly/v3/shorten?login=glouf&apiKey=R_3b0811f7566228217810b0c9a6ad914b&uri=https://www.soundofviolence.net/articles/festival/679/this_is_not_a_love_song_.html&format=xml"
Bookmark and Share
Ce samedi 1er juin commence en fanfare avec un excellent set des non moins excellents Aixois de Jim Younger's Spirit.

Auteurs de plusieurs superbes albums psyché, ils sonnent entre The Black Angels et West Coast 60's. L'intonation de voix de leur chanteuse rappelle celle de Grace Slick de Jefferson Airplane. Le combo rend un vibrant hommage à Rocky Erickson, leader de 13th Floor Elevator, disparu la veille avec un Reverberation de haute volée. Un très bon concert pour bien démarrer la journée.


On n'avait plus entendu parler des Shonen Knife depuis bien longtemps. Les Japonaises avaient crée une certaine hype autour d'elles en Europe au début des années 90 mais depuis plus de nouvelles. Elles nous reviennent aujourd'hui et c'est un retour heureux. Leur pop acidulé n'a pas changé. Aujourd'hui comme hier, elles procurent toujours autant de fun.


On sent une certaine effervescence avant que ne débute le set des irlandais de Fontaines D.C. Il faut dire que l'album des irlandais, Dogrel, a fait fort et que leur réputation scénique n'est déjà plus à faire. Dès les premiers morceaux, Hurricane Laughter, The Lotts ou Chequeless Reckless, on retrouve tout ce qui fait la beauté du rock : tension, fragilité, fêlure... Le chanteur avec son côté épileptique rappelle fortement par ses mouvements saccadés la gestuelle de Ian Curtis. On trouve chez ce groupe une urgence et une tension qui font plaisir à voir et entendre. Sha Sha Sha rend la foule hystérique. Un set court : trente-cinq minutes mais en trente-cinq minutes, tout est dit. Une leçon.


Les Montpelliérains de Rinôçérôse ont eu leur heure de gloire dans les années 2000, devenant le groupe le plus connu de la région, tournant même aux États-Unis. La grande salle est bondée pour leur set. On retrouve un groupe qui n'a rien perdu de sa superbe avec les années et délivre ce mélange d' électro et de rock à guitares qui a fait sa fortune. Un concert jouissif et excitant.


Comme pour Fontaines D.C., on sent la même tension monter avant la performance de Rendez-Vous. Il faut dire que les parisiens sont incontestablement l'un des tous meilleurs, sinon le meilleur, groupe français post-punk actuel. Le combo tourne maintenant depuis des années et cela se voit. Leur set s'avère d'une efficacité diabolique tout en montées progressives. Leur musique est belle, majestueuse et puissante. Rendez-vous ont tout compris au post-punk et en donnent leur version, une version superbe. Il n'y a qu'à entendre les guitares qui concluent Last Stop, dernier morceau du set, pour s'en rendre compte. Le titre s'étire sur de longues minutes dans un final apocalyptique et superbe.


Le set de Shame qui suit est tout aussi superbe. Les britanniques sont devenus depuis quelques années le groupe le plus excitant, avec IDLES, de la nouvelle scène britannique. Si Rendez-vous ont tout compris du post-punk, Shame, eux, ont tout compris du punk. Les voir aujourd'hui équivaut sans doute à voir The Clash en 77. Leur chanteur harangue la foule, vient au contact de celle-ci dans une ambiance à la fois survoltée et bon enfant. Another Concrete, The Lick, Friction et Gold Hole s'enchaînent comme autant de perles. Un moment de communion superbe entre un groupe et son public.


On vient alors déjà de passer deux grands moments de musique mais que dire du set de Fontaines D.C. dans le Patio. Longtemps que l'on avait plus vu une telle puissance rock'n'roll. La folie déjà présente lors de leur précédent set du jour monte encore d'un cran grâce à l'intimité du lieu. Le public est collé à la scène et l'on semble revivre la folie d'un concert des années 60 avant que tout ne devienne marketing. Ici plus de tricherie, plus de faux semblant. On est dans le vrai, dans l'urgence et tout simplement heureux de vivre un moment pareil. Un très très grand moment de rock, fiévreux à souhait.

Les Français de Johnny Mafia avec leur garage punk survolté concluent en beauté cette magnifique troisième journée et cette édition qui se sera révélée un grand cru.
artistes
    Jim Younger's Spirit
    Rocky Controlo
    Shonen Knife
    Wednesday Campanella
    MorMor
    Genesis Owusu
    Fontaines D.C.
    Mick Strauss
    Dirty Projectors
    Rinôçérôse
    Warm Drag
    Rendez-vous
    Pinky Pinky
    Shame
    Low
    Cola Boyy
    Prettiest Eyes
    Scarlxrd
    Johnny Mafia