logo SOV

Hot Chip
Breton

Paris, Days Off Festival - 7 juillet 2012

Live-report par Fab

Bookmark and Share
Toujours prompt à faire honneur aux musiques actuelles et offrir des créations inédites, le festival Days Off propose cette année encore un casting de choix rassemblant notamment Damien Rice, Anthony And The Johnsons, Yann Tiersen, Agnes Obel, ainsi que, le temps d'une soirée vouée à transformer la Cité de la Musique en dancefloor, Hot Chip et l'une des révélations de ces derniers mois, Breton.

SOV

Ce sont ces derniers que l'on retrouve sur la scène du vaste auditoire peu après vingt heures. Leurs multiples claviers sont ainsi alignés au plus près du public, une simple batterie les séparant d'un immense écran sur lequel vont défiler vidéo clips, projections et autres documentaires visuels faits-maison durant les quarante minutes que va durer leur prestation du soir. Après un concert à guichets fermés dans la petite salle du Point Ephémère en avril dernier, Roman Rappak et ses quatre acolytes sont ce soir fin prêts à s'attaquer à un plus large public, quand bien même celui-ci se montre parfois réticent à applaudir le groupe comme il le mérite.
En dépit des quelques ratés au chant de leur leader, les cinq anglais livrent une prestation de haute-volée mise en valeur par l'acoustique sublime du lieu. Chaque son ou exercice vocal peut être distingué, et si leurs influences hip-hop semblent ce soir plus en retrait, une guitare aux sonorités math-rock et des claviers et samples électroniques inspirés mettent en valeur la diversité de leur univers. L'album Other People's Problems est ainsi largement plébiscité tout au long de leur set, à commencer par les imparables Edward The Confessor et Jostle, quand bien même une poignée de titres plus anciens à l'image de 15X et son chant en français, tiré de l'EP Sharing Notes, sont aussi interprétés, jusqu'à un final étiré et débridé du plus bel effet. Mois après mois, concert après concert, Breton poursuivent à l'évidence leur ascension. Rendez-vous est pris en septembre pour la prochaine tournée française du groupe.

SOV

Place désormais à la tête d'affiche de la soirée, plus de deux ans après un dernier concert parisien dans la salle du Bataclan. Si les membres de Hot Chip n'ont eu de cesse de multiplier les side-projects et collaborations avant la publication récente de In Your Heads chez Domino Records, c'est un groupe plus uni que jamais que l'on retrouve ce soir accompagné de deux musiciens supplémentaires : Rob Smoughton (Grovesnor), anciennement préposé à la batterie lors des concerts des anglais et désormais multi-instrumentiste de choix, ainsi que Sarah Jones (New Young Pony Club) dont la puissance de frappe derrière les futs va ce soir faire des miracles.
La mise en scène voulue par le quintet est ainsi minimaliste. Point de projections, costumes ou autres artifices scéniques, les jeux de lumières quelque peu simplistes se suffisent à eux-mêmes pour accompagner la prestation du soir. En l'espace de soixante-quinze minutes passées sur scènes, Hot Chip livrent peut-être le set le plus abouti de leur carrière parisienne, un condensé des principaux tubes publiés au cours de leur carrière accompagné les très nombreuses nouvelles compositions jouées pour l'occasion.
Choisi en guise d'introduction, Motion Sickness lance le concert sous la forme d'une lente progression menant aux premières notes d'And I Was A Boy From School durant lesquelles les premiers cris se font entendre dans la salle. A la droite de la scène, derrière des claviers qu'il ne quittera à aucun moment de la soirée, Joe Goddard se dandine déjà tandis que son camarade Alexis Taylor, placé face à lui, fait la démonstration de sa forme vocale tout en affichant toute la retenue qui lui est propre. Le son du lieu, dont la qualité mérite d'être une nouvelle fois soulignée, permet une appréciation des innombrables couches sonores dont se nourrissent les compositions de Hot Chip, à commencer par la guitare d'Al Doyle ou les percussions additionnelles.
Fraîchement publiées, les chansons tirées de l'album In Your Head, il est vrai faciles d'accès et addictives, sont unanimement saluées ce soir, notamment un Night And Day transfiguré ce soir par un rythme accéléré et une batterie s'imposant au fil des minutes comme un élément moteur du set, ainsi qu'une touchante interprétation de Look At Where We Are pour lequel Alexis Taylor se saisit d'une guitare au centre de la scène. Le public, plus euphorique au fil des minutes, ne retient plus ses déhanchements et pas de danse durant Over And Over et I Feel Better, terriblement entrainants ce soir.

Après une courte heure passée sur scène, le rappel réclamé bruyamment par la salle va être aussi bref qu'intense. Trois titres, dont la traditionnelle reprise du titre Everywhere de Fleetwood Mac, sont ainsi enchaînés sans le moindre temps mort, la salle se mouvant comme un seul homme durant un ultime Hold On endiablé. La machine à danser qu'est Hot Chip a une fois encore frappé fort pour le plus grand plaisir d'un public parisien sous le charme en ce samedi soir.
setlist
    BRETON
    Non disponible

    HOT CHIP
    Motion Sickness
    And I Was A Boy From School
    Don't Deny Your Heart
    One Life Stand
    Night And Day
    Flutes
    Over and Over
    Hand Me Down Your Love
    Look At Where We Are
    How Do You Do?
    I Feel Better
    ---
    Ready For The Floor
    Everywhere (Fleetwood Mac cover)
    Hold On
photos du concert
    Du même artiste