logo SOV

The Coral
Blossoms

Paris, Trianon - 6 avril 2016

Live-report par Johan

[phpBB Debug] PHP Warning: in file /home/soundofviolence/public_html/inc/fonctions.php on line 749: simplexml_load_file(): php_network_getaddresses: getaddrinfo failed: Temporary failure in name resolution
[phpBB Debug] PHP Warning: in file /home/soundofviolence/public_html/inc/fonctions.php on line 749: simplexml_load_file(http://api.bit.ly/v3/shorten?login=glouf&apiKey=R_3b0811f7566228217810b0c9a6ad914b&uri=https://www.soundofviolence.net/articles/live/1942/the_coral_blossoms_paris_trianon.html&format=xml): failed to open stream: php_network_getaddresses: getaddrinfo failed: Temporary failure in name resolution
[phpBB Debug] PHP Warning: in file /home/soundofviolence/public_html/inc/fonctions.php on line 749: simplexml_load_file(): I/O warning : failed to load external entity "http://api.bit.ly/v3/shorten?login=glouf&apiKey=R_3b0811f7566228217810b0c9a6ad914b&uri=https://www.soundofviolence.net/articles/live/1942/the_coral_blossoms_paris_trianon.html&format=xml"
Bookmark and Share
Plus de cinq ans après leur passage à La Cigale, The Coral revenaient enfin à Paris ce mercredi 6 avril pour défendre leur huitième album, l'étonnamment rock Distance Inbetween. Accompagnés des cinq mancuniens de Blossoms, la soirée se plaçait donc clairement sous le signe de l'électricité.

SOV
Auteurs de deux EPs l'an passé et fin février, Blossoms envahissent la scène du Trianon pour trente minutes d'un set carré, à la pop entraînante à forte dose de synthé du début des années 2000, emprunté aussi bien aux Killers des débuts qu'aux Doors. Un des points culminants du concert est bien évidemment Charlemagne, issu de Charlemagne EP paru en octobre dernier, au refrain immédiat et fédérateur.
At Most A Kiss, tiré de leur dernier EP, se place comme un digne successeur de Charlemagne, porté par le synthé invincible de Myles Kellock – qui parvient de justesse à éviter le kitsch. La voix de Tom Ogden et ses faux airs d'Alex Turner se fait puissante et claire, tandis que les solos de guitare de Josh Dewhurst parsèment génialement le set, notamment sur un Blow ravageur, leur premier single et très certainement une de leurs meilleures compositions.

SOV
Alors que The Coral s'apprêtent à faire leur entrée sur scène, un constat s'impose rapidement : le Trianon n'est qu'à moitié complet. Difficile de savoir si c'est la déception générale qu'a procuré Distance Inbetween ou le fait que le groupe ne soit pas venu sur la capitale depuis 2010, mais les balcons ne sont pas utilisés et la fosse elle-même n'est pas entièrement remplie...
Débutant sur cinq titres de leur dernier opus, assez mineur au vu de sa discographie impeccable entre 2002 et 2010, il est difficile de s'investir pleinement dans le show sur sa première demi-heure. Million Eyes tire relativement son épingle du jeu grâce à son refrain entraînant, de même que l'excitant single Chasing The Tail Of A Dream qui revient quant à lui davantage aux sonorités des débuts.

Ce n'est qu'à partir de Simon Diamond, issu de leur debut album, que les choses sérieuses commencent. Bien que cette version live soit moins aboutie que l'originale du fait de l'agencement rock classique (guitares/basse/batterie/claviers), elle reste néanmoins très efficace, notamment dans son dernier quart qui se veut toujours aussi jubilatoire. Le second disque après Distance Inbetween à être fortement représenté ce soir-là est Roots & Echoes, avec l'enchaînement de trois de ses chansons, à commencer par l'entêtante Who's Gonna Find Me.
S'ensuivent In The Rain et Jacqueline : les premiers accords du riff mémorable d'In The Rain mettent tout le monde d'accord, faisant hurler et clapper des mains. La batterie de Ian Skelly s'emballe aussitôt, faisant bouger toute l'audience, avant que James Skelly ne sorte ses « I am a stranger to the life » dévastateurs puis que ne rugisse en fin de parcours le solo de guitare flamboyant de Paul Molloy. Quelques minutes plus tard, tout le Trianon entonne le doux refrain de Jacqueline.

She Sings The Mourning, première plage de The Invisible Invasion, déballe, elle, son psych-rock incendiaire, aux guitares dissonantes et à la batterie militaire, avant que le tout ne termine dans un délicieux capharnaüm. Le fascinant Don't Think You're The First de leur second disque Magic & Medecine fait ensuite son apparition, perdant son côté western pour arborer un pendant rock qui lui sied aussi sur scène. Plus brut, il impose tout de même son pont, beau et posé, tandis que son refrain est clamé par l'ensemble de l'assemblée.
Retour de Roots & Echoes avec la ballade assez dispensable Put The Sun Back puis She's Got A Reason, un des titres de The Coral qui, lui, fonctionnent le mieux en live, aussi bien de par sa rythmique que son refrain simple et irrésistible qui ne demande qu'à être chanté par tout le monde. Les mélodies sont, qui plus est, renforcées par les arrangements de Paul Molloy qui ne cesse de jouer avec sa guitare tout au long de la composition, ainsi que par sa seconde moitié, réarrangée sur scène, pour prendre un aspect purement rock'n'roll.

SOV
Magic & Medecine et The Invisible Invasion reviennent une dernière fois à travers Pass It On et In The Morning. La première, reprise en chœur par le public, reste fidèle à l'originale, mettant en avant la basse de Paul Duffy et la guitare acoustique. Les synthés de Nick Power posent ensuite d'entrée le ton, le groupe interprétant un In The Morning dansant et décontracté. Calendars And Clocks vient conclure un set de près de deux heures, prenant son temps, entre la phase instrumentale à la limite du prog folk-rock et le pont saisissant porté par Skelly.
Mais The Coral n'en restent pas là avec leur fameux premier album, revenant sur scène pour jouer rien de moins que deux autres morceaux tirés de The Coral, à savoir Goodbye et Dreaming Of You. Dès les premiers accords de Goodbye, l'audience est aux anges. A la fois dérangée et mélancolique, la chanson suit son rythme de croisière, un peu schizophrène par moment. Le court pont instrumental aux deux tiers de la version studio dure ici plus de cinq minutes, déballant un psych rock qui s'émancipe seconde après seconde dans du noisy bordélique, pour ne repartir que de plus belle sur le riff inoubliable et enflammé qui fait son petit effet tant le Trianon ne fait plus qu'un avec la formation anglaise.

Il en va de même sur Dreaming Of You qui voit tous les instruments être en totale harmonie, les spectateurs percevant chacun d'eux à tout instant, entre la basse ronde, le clavier alien, la rythmique carrée, la sobriété des guitares et le chant de Skelly, puissant et envoûtant. Les chœurs de fin sont repris par toute la salle dans une cohésion forte et bon enfant. Enfin, le groupe termine sur le rock expérimental de Fear Machine, entre krautrock et psych rock, à mille lieues de tout autre morceau qu'il a composé jusque-là. Une belle façon de conclure ces deux heures de show qui auront pourtant semblé durer que très peu de temps.

21 titres interprétés ce soir-là et pourtant, hélas, pas de I Remember When ni Bill McCai... Mais on ne peut raisonnablement être déçu tant les cinq musiciens auront su être généreux, piochant parmi une riche discographie de laquelle il allait forcément nous manquer des morceaux préférés. The Coral se rattrapent ainsi de ne pas être revenus plus tôt sur Paris, une soirée que tout fan du groupe n'a clairement pas pu manquer !
setlist
    Miss Fortune
    Million Eyes
    Chasing The Tail Of A Dream
    It's You
    Connector
    Simon Diamond
    Who's Gonna Find Me
    In The Rain
    Jacqueline
    She Sings The Mourning
    Don't Think You're The First
    1000 Years
    Holy Revelation
    Put The Sun Back
    She's Got A Reason
    Pass It On
    In The Morning
    Calendars And Clocks
    --
    Goodbye
    Dreaming Of You
    Fear Machine
photos du concert
    Du même artiste