logo SOV

The Murder Capital
Junior Brother

Paris, Café de la Danse - 10 février 2020

Live-report par Laetitia Mavrel

[phpBB Debug] PHP Warning: in file /home/soundofviolence/public_html/inc/fonctions.php on line 749: simplexml_load_file(): php_network_getaddresses: getaddrinfo failed: Temporary failure in name resolution
[phpBB Debug] PHP Warning: in file /home/soundofviolence/public_html/inc/fonctions.php on line 749: simplexml_load_file(http://api.bit.ly/v3/shorten?login=glouf&apiKey=R_3b0811f7566228217810b0c9a6ad914b&uri=https://www.soundofviolence.net/articles/live/2321/the_murder_capital_junior_brother_paris_cafe_de_la_danse.html&format=xml): failed to open stream: php_network_getaddresses: getaddrinfo failed: Temporary failure in name resolution
[phpBB Debug] PHP Warning: in file /home/soundofviolence/public_html/inc/fonctions.php on line 749: simplexml_load_file(): I/O warning : failed to load external entity "http://api.bit.ly/v3/shorten?login=glouf&apiKey=R_3b0811f7566228217810b0c9a6ad914b&uri=https://www.soundofviolence.net/articles/live/2321/the_murder_capital_junior_brother_paris_cafe_de_la_danse.html&format=xml"
Bookmark and Share
The Murder Capital sont pour la quatrième fois de passage à Paris depuis leur tout premier concert en à peine un an. Depuis lors, une première prestation en quasi inconnus en avril 2019 à la Boule Noire pourtant bien remplie grâce aux premiers singles teasés sur le net, un premier passage à Rock en Seine sous le soleil et un Nouveau Casino bondé car en plein boom des suites de l'excellent accueil de l'album When I Have Fears. Le Café de la Danse affiche donc logiquement complet et la formation entérine ainsi sa place largement méritée de meilleur groupe de post-punk de la scène irlandaise du moment.

On aurait tort de sous-estimer l'endurance de ce groupe encore si jeune mais pourtant maintenant bien rodé sur scène. Pour rappel, leur premier album When I Have Fears a battu de beaux records dans les charts britanniques. Plus que bien placé sur le continent, The Murder Capital n'ont eu de cesse de faire leurs preuves en live, malgré un répertoire encore à ce jour limité aux dix titres du disque.
Néanmoins, une promo intelligente à coup de mini films diffusés sur le net et un sens de l'esthétique rétro et élégant les ont aidés à se définir une image dorénavant bien identifiable.

Cette soirée morose de février se voit entièrement vêtue des couleurs de la belle Irlande, avec en première partie le chanteur folk punkisant lui aussi Junior Brother. Pur produit de l'Irlande profonde avec tout l'attirail qui va avec (guitare acoustique, tabouret de bar et roulements de R particulièrement bien marqués), Junior Brother évite pourtant de tomber dans les clichés musicaux du chanteur à balade champêtres.
Les arpèges sont grattés avec force, les gammes sont plutôt graves et pas vraiment équilibrées, comme pour marquer un contraste d'avec ce que l'on peut attendre d'une mélodie à la guitare folk. La voie nasillarde et le chant ne sonnent pas justes mais semblent néanmoins authentiques. On ne peut s'empêcher de penser à la gouaille dissonante d'un Shane MacGowan (le dentier ravagé en moins). La gentillesse de Junior Brother qui ne cesse de remercier le public et The Murder Capital dans son accent à couper au couteau finissent de convaincre les spectateurs.

SOV
Le set de The Murder Capital n'a lui pas évolué depuis avril 2019 : l'album (moins un titre) est joué et l'on peut supposer que la tournée incessante du groupe depuis n'a pas aidé pour dégager du temps de composition et de travail en studio.
L'entrée sur scène est maintenant bien huilée, les quatre musiciens se parent de leurs instruments dans l'ombre pour laisser entrer la lumière quand pénètre sur l'estrade James McGovern, leader charismatique et toujours sans guitare. La moue est boudeuse et le regard perçant scrute continuellement le public comme pour l'inciter à rentrer dans un combat dont il sait qu'il ressortira vainqueur par KO.

Le concert débute par les titres les plus sombres de l'album, comme pour faire monter la température. More Is Less plante le décor : ce sera brut et sans gants ce soir. L'enchainement de Green & Blue et des deux parties de Slowdance jettent une nappe brumeuse sur la salle car leur profondeur a cette particularité d'absorber totalement l'attention du public.
On peut ici faire un petit reproche sur l'opportunité de les jouer si tôt : le public du Café de la Danse, bien que totalement acquis à la cause des dublinois, va alors se murer dans une espèce d'immobilisme malgré les allers-retours incessants de McGovern pour l'aguicher et les appels à la foule du bassiste passionné qu'est Gabriel Paschal Blake.

SOV
La setlist continue avec le très émouvant On Twisted Ground, dont on sait qu'il a été écrit après le suicide d'un ami proche qui laisse encore des traces chez The Murder Capital. Le discours est touchant, car McGovern n'a de cesse d'expliquer que tant qu'on en a la chance et le temps, il faut réellement prendre soin les uns des autres. On aura beau avoir entendu ses propos à chacun de leurs concerts, ses mots sont d'une honnêteté telle qu'ils nous émeuvent à chaque fois. Le morceau interprété dans la quasi pénombre et se terminant avec les râles du chanteur nous plongent dans une écoute religieuse.

Il est donc temps de casser le rythme avec la deuxième partie du concert qui voit enfin se déclencher la machine à pogoter. Love, Love, Love et le dantesque For Everything, titre d'ouverture du disque, rappellent à l'ordre les derniers endormis et c'est seulement sur ce second que l'on perçoit les premiers sursauts de la foule, restée jusque-là bien trop réservée.
James McGovern pénètrera plusieurs fois parmi les spectateurs pour ainsi communiquer au plus près sa rage de vivre. Le clou du concert est les deux dernier titres Don't Cling To Life et Feeling Fades quand s'anime le cœur de la fosse, ce qui rend le sourire à tous les membres du groupes peut-être jusqu'ici étonnés par cet accueil un peu trop timide.

Et pourtant, les applaudissements n'ont cessé de résonner tout au long de ces quarante-cinq minutes d'un concert aussi court qu'intense. Étonnamment, la majorité de la salle est composée d'un public plutôt mature, est-ce là le signe que The Murder Capital sont entrés dans la cour des grands ? On ne peut pas nier le fait que le talent et la passion de ce groupe encore à l'aube de sa carrière soient du sérieux mais nous n'en n'attendons pas pour autant que McGovern et sa bande deviennent respectables.
setlist
    JUNIOR BROTHER
    Hungover At Mass
    Dark
    The Back Of Her
    No Country For Old Men
    SNITCH

    THE MURDER CAPITAL
    More Is Less
    Green & Blue
    Slowdance I
    Slowdance II
    On Twisted Ground
    Love, Love, Love
    For Everything
    Don’t Cling To Life
    Feeling Fades
photos du concert
    Du même artiste