Interview : The Music - Sound Of Violence
 
interview
Bookmark and Share

Depuis leurs débuts il y a maintenant plus de 3 ans, The Music n'ont cessé de partager les avis à leur sujet, leur nouvel album allant sans doute rapidement raviver les discussions. Petit entretien avec Adam Nutter à la veille de la sortie de ce Welcome To The North...

Vous venez tout juste de sortir votre nouvel album, pourquoi l'avoir nommé Welcome To The North ?

Nous sommes tous du nord de l'Angleterre et le titre de l'album est une sorte de référence à ça. Quand nous étions plus jeune, on avait qu'une envie, c'était de partir le plus loin possible. Après, on a pas mal voyagé et quand on est revenu, on s'est rendu compte que ça avait pas mal changé.

Welcome To The North est moins dansant que votre premier album, est-ce un choix délibéré de votre part ?

Non, ce n'est pas du tout intentionnel, c'est comme ça que c'est sorti, tout simplement ! Mais bon, on écrit toujours de la même façon qu'avant.

Votre nouvel album est plus calme avec des chansons comme Fight The Feeling ou Open Your Mind. Est-ce une voie que vous souhaitez continuer dans le futur ?

C'est vraiment que la musique est plus retenue, mais c'est une dynamique qui nous convient bien.

Vous avez gagné en maturité depuis votre premier album, est-ce que tu penses que ça a eu un impact sur votre musique ?

Oui sans aucun doute ! Surtout au niveau de l'écriture des textes. Le fait que nous ayons beaucoup voyagé ces derniers temps à donner de quoi écrire à Robert !

Les chansons sur Welcome To The North ont beaucoup à voir avec les relations amoureuses, est-ce qu'il y a une raison particulière à cela ?

Je ne sais pas si c'est vraiment un des thèmes principaux. Il y a pas mal de chansons sur la guerre aussi...

A propos, avec tout ce qui se passe dans le monde de nos jours, est-ce que tu te vois faire des chansons plus politiques ?

On est pas vraiment un groupe politique ou quoi que ce soit mais si on prend l'aspect plus humanitaire, pourquoi pas...

L'artwork de votre premier album était très simple, basé sur des cercles de couleur, alors que pour Welcome To The North, c’est beaucoup plus futuriste...

On voulait juste faire quelque chose d'intéressant en fait ! On ne voulait pas réutiliser les cercles alors on a rencontré pas mal d'artistes pour voir ce qui correspondrait le mieux à l'album et voilà le résultat. Mais pour moi, le plus important avec les pochettes de disques, c'est vraiment que ça soit intéressant.

The Walls Get Smaller est une chanson déjà ancienne et figure en titre caché sur votre nouvel album. Pourquoi avoir choisi celle-là en particulier ?

En fait, nous avions déjà enregistré cette chanson 3 ou 4 fois et ça ne sonnait jamais vraiment bien. Nos premières chansons, celles qui figurent sur notre premier album, étaient souvent trop dans une tonalité trop haute. Donc on l'a réenregistrée et on a eu envie de la mettre sur Welcome To The North.

Donc c'est une version un peu différente de l'originale que vous avez choisie ?

Oui, un petit peu différente.

Sais-tu quel sera le prochain single après Welcome To The North et Freedom Fighters ?

Ca sera peut-être Bleed From Within mais on n'a pas encore vraiment décidé pour le moment.

Vous vous mettez en scène dans tous vous clips, est-ce parce que vous aimez jouer ?

Je ne dirais pas vraiment qu'on fait les acteurs et pour être honnête, on n'aime pas du tout ça. On est musiciens, pas acteurs, mais bon, c'est un mal nécessaire.

Vous n'aimeriez pas essayer quelque chose de nouveaux, avec des acteurs ou des images de synthèse par exemple ?

Oui, on aimerait beaucoup. Mais en fait, on envoie les chansons à des réalisateurs de clips qui nous renvoient leurs projets de clips mais ils sont tous nuls donc on n'a pas vraiment le choix... En plus, ça se fait dans l'urgence la plupart du temps donc on n'a pas trop le temps de se pencher là-dessus.

Votre premier label, Hut, a récemment été fermé. Que penses-tu des majors qui rachètent des plus petits labels pour ensuite les faire disparaître ?

Je ne sais pas trop. Les petits labels ont besoin de fonds financiers qu'ils n'ont pas toujours donc ils se font racheter par des majors qui n'ont plus de moyens... et si ces petits labels ne gagnent pas assez d'argent, ils ferment. C'et un peu la même chose pour les groupes lorsqu'ils ne rapportent pas assez d’argent...

Y'a-t-il des groupes en Angleterre qui te plaisent particulièrement en ce moment ?

Oui, des groupes comme Bloc Party, Kasabian, The 22-20s. Sinon, il y a Interpol aussi que j'aime beaucoup même s'ils ne sont pas anglais ! Mais globalement, on écoute surtout des groupes plus anciens en fait.

Et est-ce qu'il y ades groupes avec lesquels vous vous sentez proches musicalement ?

Non pas vraiment, et je pense que c'est mieux pour nous. On nous compare à toutes sortes de groupes et je pense que justement le fait qu'on nous compare à autant de groupes montre qu'on se démarque pas mal. On aime assez le fait de ne pas appartenir à une scène ou à un mouvement en particulier, on fait notre truc à nous ! Mais je pense qu'on a quand même des points communs avec beaucoup de groupes.

Malgré votre succès ici, vous n'avez jamais fait une vraie tournée française. Est-ce quelque chose que vous prévoyez de faire ?

Si on a jamais pu faire une vraie tournée français ou européenne, c’était pour des raisons familiales. A chaque fois que nous partions en tournée, quelque chose se passait qui nous forçait à retourner en Angleterre et à annuler les concerts. On n'a pas pu faire autant de concerts qu'on aurait voulu en Europe mais on en a fait quand même beaucoup en Angleterre, aux Etats-Unis, au Japon et en Australie.

Tu te souviens de votre dernier concert en France, c'était à la Cigale...

Oui, bien sûr ! C'était vraiment bien !

Fab, 21 septembre 2004