logo SOV

The Kooks

Konk

The Kooks - Konk
Chronique Album
Date de sortie : 14.04.2008
Label : Virgin
2
Rédigé par David, le 14 avril 2008
Bookmark and Share
Deux ans déjà que les jeunes branleurs de The Kooks ont débarqué sans prévenir de l’autre coté de la manche avec leurs belles gueules d’ados mélancoliques pour devenir après seulement un album, le très rafraîchissant Inside In/Inside Out, l’un des plus grands espoirs pop-rock britannique. Et à l’écoute de cette livraison 2008 baptisée Konk, on se demande bien ce qu’ils ont pu foutre pendant tout ce temps...

Et pourtant, lorsque résonne l’intro de See The Sun, tout (re)commence plutôt bien : arpèges sympathiques, voix immédiatement reconnaissable de Luke Pritchard, puis la rythmique démarre, s’avère très entraînante jusqu’au refrain parfaitement maîtrisé pour résonner un moment dans nos oreilles, bref une jolie petite pop-song comme les Kooks savent si bien le faire. Il en est de même pour Always Where I Need To Be avec son refrain calibré à base de Doo Doo Doo-Doo Doo Doo-Doo Doo ou encore Mr.Maker qui déroule un coté folk-acoustique très plaisant chez eux, ainsi que Do You Wanna (s’avérant un peu plus musclée que les précédentes) et aussi…

Bref, vous l’aurez compris, le problème majeur de ce deuxième album des Kooks n’est pas franchement de manquer de chansons directes et entraînantes puisqu’elle le sont quasiment toutes si on les prends séparément. Il n’est donc absolument pas nécessaire de faire l’inventaire du style et de l’impact de chacune d’entre-elles, puisqu’à coup sûr, la touche "Aléatoire" de votre chaîne ou de votre lecteur multimédia vous suffira pour tomber sur un morceau sympathique.
Non, l’immense soucis de ce Konk est justement son absence totale de prise de risque et surtout son manque sidérant d’homogénéité pour un groupe qui a explosé à la face du monde il y a deux ans. Car le coté "sans direction aristique réelle" et naïf d’un premier album s'avère très touchant si les chansons sont bonnes, et pour le coup l’album est forcément rafraîchissant puisqu’on découvre le groupe. Au contraire, un deuxième disque sonnant rigoureusement à l’identique du premier (c’est un choix!) se doit de posséder une cohérence sans faille afin de pouvoir donner l’impression que le groupe avance, se construit une base solide tout en peaufinant le domaine artistique qu’il souhaite explorer.
Malheureusement donc, rien de tout ça dans ce second album décevant pour toutes et celles et ceux qui plaçaient de gros espoirs dans le groupe : après quelques écoutes attentives, il suffit donc de choisir ses morceaux préférés et de se faire sa propre compilation avec ceux du premier album en prenant bien soin de ne pas mettre à la suite deux chansons se ressemblant un peu trop (enchaînement Sofa Song/Stormy Weather interdit par exemple!)

Ainsi, il n’aura pas suffi aux Kooks d’enregistrer dans le studio de Ray Davies qui donne son nom à l’album pour arriver à marcher sur les traces des illustres Kinks. Ce Konk ne sonne donc pas du tout comme une petite bombe prête à dominer le monde mais plutôt comme une copie conforme de leur premier effort, l’originalité de la découverte en moins.
Les fans du groupe peuvent cependant acheter l’album les yeux fermés et il est fort probable que les radios diffusent en masse les singles choisis drainant toujours et encore plus de public potentiel pour les anglais mais cela ne suffira à faire avaler la pilule à toutes celles et ceux qui attendent beaucoup plus de ces jeunots talentueux.

La prochaine fois peut-être…
tracklisting
    1. See The Sun
  • 2. Always Where I Need To Be
  • 3. Mr. Maker
  • 4. Do You Wanna
  • 5. Gap
  • 6. Love It All
  • 7. Stormy Weather
  • 8. Sway
  • 9. Shine On
  • 10. Down To The Market
  • 11. One Last Time
  • 12. Tick Of Time (+ All Over Town – ghost track)
titres conseillés
    …n’importe lequel au hasard
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste