logo SOV
These New Puritans - Hidden
Chronique Album
Date de sortie : 18.01.2010
Label : Domino Records/PIAS France
5
Rédigé par Thibaud, le 18 janvier 2010
Bookmark and Share
C’était il y a deux ans. These New Puritans, quatuor de Southend-on-Sea nous étonnait par sa richesse sonore, son univers dissonant à côté d’une soi-disant nu-rave pédante et exubérante. Beat Pyramid, premier album de ces quatre anglais avait su marquer grâce à ce son incandescent, complexe, difficile d’accès mais regorgeant de slogans accrocheurs et de compositions imparables. J’attendais donc la suite avec impatience tout en m’interrogeant sur la capacité de ce groupe à pouvoir faire plus fort.

A la première écoute de Hidden, je fus immédiatement bousculé, choqué, et halluciné. Nous avions laissé Jack Barnett et ses puritains sur un son gorgé de samples, d’electro, de post-punk, et dès l’introduction d’Hidden nous voilà plongé dans des cuivres chauds, sur une mélodie qui reviendra de temps à autre au cours de l’album, comme une sorte de symphonie en l’honneur de guerriers morts.
Des combattants, des soldats, car cet album est indéniablement placé sous le signe de Mars. Hidden est une guerre sonore visible, immédiate, renversante dès les premières notes de We Want War, qui rappelle Swords Of Truth mélangé à une œuvre de Benjamin Britten, comme son War Requiem ou encore l’opéra Peter Grimes. Jack Barnett, qui surprend par sa voix plus convaincante encore que sur le premier album, alterne entre chants prophétiques (Orion) et un phrasé digne du hip hop, l’un des nombreux genres musicaux que l’on retrouve distillés dans l’univers du groupe. Ainsi l’auditeur d’être subjugué par Three Thousand, titre aux sonorités hip-hop mêlées à une ambiance martiale et pesante.
Tout au long de Hidden se développe une atmosphère glauque, lourde et qui rappelle un sombre champ de bataille médiéval où les corps jonchent le sol. L’ambiance est travaillée à tel point que l’on note par-ci par-là des sons de chaînes, des pastèques que l’on écrase au marteau pour sonner comme un crâne qui se brise...

Le groupe avait pourtant tout pour échouer. Car en apportant autant d’instruments, notamment un imposant taiko ou l’apparition d’un orchestre et d’une chorale d’enfants dans un groupe qu’on pensait fermé, avec une complexité encore plus contraignante que le premier album, de nombreux éléments pouvaient faire pencher Hidden du mauvais côté, celui d’un album boursouflé, difficile, et fatiguant. Pourtant, c’est loin d’être le cas, et le disque s’avère être une réussite flamboyante, mêlant des influences discrètes mais nombreuses, de l’opéra sombre et violent aux expérimentations de Steve Reich (qu’on discerne clairement sur 5), ou encore les synthétiseurs et le son épique et électronique de la bande son des Mystérieuses Cités d’Or.
L’album forme un tout, un ensemble maîtrisé et sans temps mort. Au fond, ce Hidden n’est pas si différent de Beat Pyramid, de par la présence de singles puissants comme le volcanique Fire-Power (remise au goût du jour de la b-side fff), ou celle d’interludes musicaux comme Canticle. On assiste au fil des écoutes à une sorte d’opéra moderne, mêlant violence et destruction (la batterie de Drum Courts-Where Corals Lie), avec des touches d’espoir fugaces, surplombées par la mort, comme l’épilogue 5.

Nous ne le cacherons pas, Hidden est une réussite, une merveille. Si à l’instar d’une forteresse il semble difficile de franchir ses remparts, la musique de These New Puritans trouve ici une profondeur inégalée, avec des compositions qui ne cessent de monter en puissance. Hidden est une bande son apocalyptique et poétique, où les âges de l’Homme, du Moyen-âge à un futur ésotérique, se retrouvent au sein d’une œuvre flamboyante, touchante, et qui ne pourra laisser insensible. Un chef d’œuvre.
tracklisting
    01. Time Xone
  • 02. We Want War
  • 03. Three Thousand
  • 04. Hologram
  • 05. Attack Music
  • 06. Fire-Power
  • 07. Orion
  • 08. Canticle
  • 09. Drum Courts - Where Corals Lie
  • 10. White Chords
  • 11. 5
titres conseillés
    We Want War, Drum Courts - Where Corals Lie, Fire-Power
notes des lecteurs
Du même artiste