logo SOV

These New Puritans

Field Of Reeds

These New Puritans - Field Of Reeds
Chronique Album
Date de sortie : 10.06.2013
Label : Infectious Records
4
Rédigé par Jean-Christophe Gé, le 9 juin 2013
Bookmark and Share
These New Puritans font preuve de deux constantes paradoxales dans leur démarche artistique en mouvement perpétuel. La première est d’être complètement imprévisibles, et nous devrions y être habitué. La seconde est de sortir des albums dérangeants et charmants à la fois. Sur ce troisième essai, on retrouve le côté mécanique de la musique programmée sur un séquenceur sans sa dimension industrielle ni les textures sculpturales de samples car la musique est jouée par des humains sur des instruments, du plus classique au plus improbable.

C’est la découverte de nouvelles techniques et une expérimentation sans se soucier des règles qui donnent encore beaucoup de jeunesse au groupe. Un "new" dans le nom de son groupe, ça se mérite et ça met la pression. Jack Barnett joue avec des séquenceurs depuis qu’il a quatorze ans, il compose maintenant avec des feuilles de papier qu’il doit donner à des musiciens. Dans le studio, l’enregistrement, c’est quasiment déroulé dans des conditions live.

Et il y avait du monde dans le studio, alors rien n’a été laissé au hasard et le groupe est arrivé préparé avec tous ses morceaux : l’ingénieur du son, Mark Spike Stent a travaillé avec Madonna, Bjork ou Oasis. On trouve aussi un trompettiste de jazz de soixante-douze ans (Henry Lowther), une chanteuse portugaise, un compositeur hollandais et un autre suédois. Un drôle de casting, complété par un piano à résonance magnétique évadé du laboratoire d’une université. Il faut toute un page pour faire la liste de tous les musiciens.

Sur Field Of Reeds, le groupe suit la voie présentée sur son précédent album, s’éloignant un peu plus du post-punk bruitiste et entrainant qui l’avait fait connaitre. On en retrouve quelques traces sur des titres comme The Light In Your Name, habité par des voix en échos dans la cacophonie ambiante. A mesure qu'on avance dans l'album, l'ennui né de l’incompréhension laisse la place à l'angoisse. Spiral est un modèle du genre, on se demande qui est le plus malade de celui qui le joue ou qui l'écoute. Ce doit être aussi un peu angoissant pour un label de signer un groupe comme celui-là.

Ambitieux, exigeant, et toujours à la frontière entre génie et foutage de gueule : un disque tellement réussi qu’il en est pénible à écouter.
tracklisting
    01. This Guy's In Love With You
  • 02. Fragment Two
  • 03. The Light In Your Name
  • 04. V (Island Song)
  • 05. Spiral
  • 06. Organ Eternal
  • 07. Nothing Else
  • 08. Dream
  • 09. Field of Reeds
titres conseillés
    Fragment Two - The Light In Your Name - Spiral
notes des lecteurs
Du même artiste