logo SOV

Paul Smith

Margins

Paul Smith - Margins
Chronique Album
Date de sortie : 11.10.2010
Label : Billingham Records
2
Rédigé par Johan, le 14 octobre 2010
Bookmark and Share
Délaissant le temps d'un album ses compatriotes de Maxïmo Park, le leader Paul Smith débute une carrière solo dont l'intérêt réside en sa présence au sein de l'un des groupes majeurs de la scène britannique. Si l'interprète n'était ici qu'un illustre inconnu à l'accent sexy, cet album ne ferait parler de lui que dans le NME. Et encore.

Paul Smith renoue sur Margins avec la pop indécise du second album de la formation de Newcastle. Mais là où Our Earthly Pleasures opérait un changement intéressant dans la carrière encore jeune de Maxïmo Park, ce premier effort solo ne possède ni la voix alors inimitable de mister Smith ni la profondeur de ses compositions. Ici, la mélodie est basique, le chant plat et le rythme trop lent. On s'ennuie dès le second titre, The Crush and the Shatter, qui ne parvient pas à se renouveler sur, pourtant, trois courtes minutes.

Dans l'ensemble, Margins n'est pas mauvais, mais insipide. Et lent. Improvement/Denouement, bien que mélodieuse, s'avère monotone, Dare Not Dive peut se retrouver, mieux arrangée et dynamique, plusieurs fois dans les précédents opus de Maxïmo Park, et on attend pendant 4 minutes et 58 secondes que I Drew You Sleeping démarre. En fin d'album, The Tingles et Pinball donnent quant à eux l'impression de ne faire que survoler le style dans lequel ils se trouvent, l'hésitation bancale entre le post punk et la new wave sur le premier et la folk délicate sur un Pinball qui a du mal à prendre son envol.

Ce n'est que vers le milieu d'album que Paul Smith se réveille soudainement, notamment sur un While You're in The Bath long mais charmeur, puis This Heat, porté par la voix du songwriter et ses chœurs gentiment ridicules. Plus loin, ce seront l'originalité de Alone, I Would've Dropped, l'atmosphère dense de I Wonder If ou encore le refrain imposant de Our Lady Of Lourdes qui pourront retenir l'attention, mais aucun de ces treize titres ne perpétuera l'âme de Maxïmo Park ni ne confèrera un quelconque enthousiasme sur la durée.

Hormis le single North Atlantic Drift digne d'intérêt et quelques titres plus ou moins bien construits mais jamais entièrement réussis, Margins aura au final du mal à satisfaire les fans les plus exigeants de Maxïmo Park. Économisez plutôt vos quinze euros pour le prochain album du groupe ou, à la rigueur, téléchargez simplement le single sur iTunes – qui ne représente ni qualitativement ni musicalement l'album –, et vous tiendrez là votre meilleure décision du mois.
tracklisting
    01. North Atlantic Drift
  • 02. The Crush and the Shatter
  • 03. Improvement/Denouement
  • 04. Strange Friction
  • 05. While You're in The Bath
  • 06. This Heat
  • 07. I Drew You Sleeping
  • 08. Alone, I Would've Dropped
  • 09. Dare Not Dive
  • 10. I Wonder If
  • 11. Our Lady Of Lourdes
  • 12. The Tingles
  • 13. Pinball
titres conseillés
    North Atlantic Drift, Our Lady Of Lourdes
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste