logo SOV

Blood Orange

Coastal Grooves

Blood Orange - Coastal Grooves
Chronique Album
Date de sortie : 08.08.2011
Label : Domino Records
4
Rédigé par Maxime Delcourt, le 8 août 2011
Bookmark and Share
Il n’existe que des mauvaises raisons pour ne pas aimer Domino Records. Dans un incroyable mouvement presque sans fin, les uns ont guidé les autres, certains ont cumulés succès commerciaux et respect critique (Arctic Monkeys, The Kills, Franz Ferdinand...) pendant que d’autres brisaient les frontières de l’expérimentation pour aller, de sas en sas, explorer l’horizon de l’outre-rock (Pavement, Elliot Smith..). Aux côtés de toute cette incroyable filiale au talent insondable, Blood Orange ne fait, à coup sûr, pas figure de loup blanc. Et pour cause, derrière cette orange sanguine, se cache un compositeur à l’identité floue et à la personnalité trans-genre, Devonte Hynes alias Lightspeed Champion.

Musicien hyperactif, l’ami Hynes l’est à coup sur. Après de multiples travaux en solitaire ou en éclectiques collaborations (Basement Jaxx, Florence & The Machine, Theophilus London...), c’est avec Coastal Grooves, un disque mille-feuille, qu’il signe son retour. Le genre de disque dont on adorerait assister à l'enregistrement. Pour quelle raison ? Tout simplement parce que Devonte Hynes y brouille une fois de plus les repères. On ne sait pas trop où l’on est, ni à quelle réalité cela correspond. A défaut de plancher sur la question, parce qu’après tout on n’en sait rien et on s’en contre-moque, on supposera que Coastal Grooves est un album météore, hors du temps et de l’extravagance. Préférant à ce côté glamour se déguiser, se métamorphoser, s’effacer pour finalement se mettre à nu. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il démontre une nouvelle fois l’étendue de ses talents.

A la fois léger et virtuose, Coastal Grooves est un subtil mélange d’attention bien cadrée et de démence. Notre branlotin préféré y affiche un scénario digne des plus grands romans de la vie américaine où le personnage principal s’inscrit dans une immense fuite en avant. L’amour pour cette Amérique se lit à partition ouverte dans ses compositions qui font références aux nuits, à la fois rythmées et imprévisibles, de la grosse pomme.
Coincé entre le Nouveau Monde et la Vieille Europe, les détournements ne manquent pas. On se perd dans la merveilleuse brume nocturne des rues new-yorkaises (Complete Failure) pour mieux se retrouver face à nos lieux préférés et chaleureux (The Complete Knock). Sur une chanson, Hynes se demande même si, à présent, nous pouvons entrer à l’intérieur. S’il fait allusion aux abysses de New York qu’il aime et qu’il décrit, alors oui, sans aucun doute. Car, le fanfaron a beau se détourner de tout chemin, il retombe toujours sur ses pas.

Au lieu de renvoyer dos à dos ses admirateurs et détracteurs, Blood Orange conforte les uns et les autres dans une attitude un brin osée mais tellement efficiente. Pari fou, pari relevé haut la main par un iconoclaste sur le point de devenir le personnage qu’il n'a jamais voulu être : un génie.
tracklisting
    01. Forget It
  • 02. Sutphin Boulevard
  • 03. I'm Sorry We Lied
  • 04. Can We Go Inside Now
  • 05. S'Cooled
  • 06. Complete Failure
  • 07. Instantly Blank (The Goodness)
  • 08. The Complete Knock
  • 09. Are You Sure You're Really Busy ?
  • 10. Champagne Coast
titres conseillés
    I'm Sorry We Lied, Can We Go Inside Now, Complete Failure
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste