logo SOV
Two Door Cinema Club - Beacon
Chronique Album
Date de sortie : 03.09.2012
Label : Kitsuné/Cooperative Music
35
Rédigé par Aurélien, le 2 septembre 2012
Bookmark and Share
Voilà deux ans déjà que Two Door Cinema Club et son album aux yeux de chat ont fait leur apparition remarquée dans le petit monde branché de l’électro-pop britannique. A l’époque, pétillant et étincelant de mille feux sonores, le trio ne mit guère de temps pour subjuguer nos âmes jeunes et frivoles au son de ses pépites musicales vivement colorées. Très vite, sa pop éclatante nous colla au cœur et au corps, rendant presque inoubliable toute sortie du groupe sur scène. Plus encore, chaque écoute du mémorable Tourist History devint un doux prétexte joyeux pour se laisser aller aux exaltations rythmées les plus folles et oublier par la même occasion nos tracas quotidiens, entraînés gaiement par ce juste mélange entre guitares aériennes, boîtes à rythme hyperactives et chants décomplexés.

Nouvelle époque, nouvel album, qu’en est-il devenu de ce groupe qui nous était si cher ? Premier constat visuel, les yeux pétillants du chat font place aux jambes lisses d’une silhouette féminine qui nous tourne le dos. Comparaison facile, cette pochette d’album décalée à l’esthétique plaisante illustre également les traits musicaux de Beacon, second opus des Britanniques. Indéniablement bien produit, il n'y a guère de véritables reproches à faire à ce dernier, si ce n’est peut-être d’être bien trop lisse. Certains diront répétitifs, d’autres homogènes, dans tous les cas ses onze pistes s’écoutent avec une certaine facilité, voir une légère passivité. Nulle chanson ne sort réellement du lot pour nous enthousiasmer comme l’auraient fait jadis les regrettées et incontournables Something Good Can Work ou I Can Talk. Fini l’omniprésence des boîtes à rythme, les claviers et l’électronique se font plus discrets. Two Door Cinema Club semblent privilégier la batterie et les instruments classiques sur une bonne partie des morceaux de Beacon, décidant ainsi de se distancier par la même occasion de l’exacte alchimie qui faisait son succès originel.

Le changement n’est pas une tare, au contraire. Loin de nous déplaire, les cordes prennent de l’importance, tantôt pincées comme sur Pyramid, tantôt claquées, devenant réellement l’élément central du mélodieux Beacon. Ajoutez à cela l’apparition dérobée et furtive de cuivres comme sur l’excellent Handshake, ou sur les agréables Sun et Settle, ainsi que des violons et un duo au timbre féminin sur The World Is Watching et vous serez convaincus du changement entrepris.
Assagis et calmés, on se dit que les trois membres de Two Door Cinema Club nous gratifient d’une très bonne musique d’ambiance à écouter chez soi, plutôt qu’un bon prétexte sonore pour danser jusqu’au bout de la nuit.

Au final, deux ans plus tard, le rouquin Alex Trimble et ses deux compères n’ont rien perdu de leur talent en nous offrant cet objet sonore lissé. Harmonieux et posé, Beacon s’écoute d’un trait. Partisans de guitares mélodieuses, vous serez satisfaits. Adeptes d’électro-pop déjantée, il faudra repasser. Même si le son de Two Door Cinema Club est incontestablement moins pétillant, il serait tout de même dommage de lui tourner le dos !
tracklisting
    01. Next Year
  • 02. Handshake
  • 03. Wake Up
  • 04. Sun
  • 05. Someday
  • 06. Sleep Alone
  • 07. The World Is Watching
  • 08. Settle
  • 09. Spring
  • 10. Pyramid
  • 11. Beacon
titres conseillés
    Handshake, Next Year, Someday
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste