logo SOV

Camera Obscura

Desire Lines

Camera Obscura - Desire Lines
Chronique Album
Date de sortie : 03.06.2013
Label : 4AD
45
Rédigé par François Freundlich, le 30 mai 2013
Bookmark and Share
Les obscurs orfèvres écossais reviennent et ils étaient fort attendus depuis quatre ans. Nous lançons fébrilement ce Desire Lines comme si le succès de l’excellent My Maudlin Career datait d’hier, retrouvant la voix sensuelle de Tracyanne Campbell comme si elle avait toujours été présente dans un recoin dans nos oreilles. S’il existe une certaine continuité avec le quatrième album, Camera Obscura s’inscrivent ici un peu plus dans la douceur et la mélancolie.

Nous étions habitués à enchainer les pépites aux mélodies émoustillantes avec les sucres d’orge auditifs : ce nouveau Camera Obscura ne dérogera pas à la règle. Cette scottish pop fignolée par des arrangements précis et si évidents brille toujours à travers de nouvelles grandes compositions plus romantiques que jamais. On s’en persuade dès le début sur This Is Love, un petit délice qui s’écoule aussi lentement que les cuivres laid back ne prolongent le break du refrain. Les envolées aigües tout en fragilité de Tracyanne s’enroulent dans cette guitare si reconnaissable alors que des chœurs sont assurés par Neko Case (The New Pornographers) dans des intonations languissantes. Quelques morceaux poppy plus rythmés sont alternés avec des titres bien plus doux amers, comme William's Heart où le quintet révèle sa face plus planante nappée d’orgues rappelant Beach House. Leur force est toujours cette production pleine de finesse et de subtilité dans des superpositions d’impulsion électriques en accord parfait.

Les textes restent simples mais néanmoins poignants grâce à cette manière particulière de faire sonner les mots. On est alors bien ravi que Tracyanne ait manqué cette fête pour voir une diffusion de Flashdance, sur Missed Your Party. L’album est criblé de pop songs singalong comme Do It Again et Every Weekend qui incitent au mouvement et au chant à tue-tête. Ces bijoux aux allures de singles peuvent provoquer une addiction rapide. La fragilité reprend ses droits sur Cri Du Cœur avec un titre (et non des textes) en français, renouant cette vieille Auld Alliance qui nous lie à jamais aux écossais. Ses montées de violons virevoltantes nous crient effectivement droit au cœur.
Et que dire de cette fin d’album avec l’imparable Break It To Me Gently qui s’enchainait parfaitement avec le tube French Navy lors du dernier Primavera Sound Festival ? Camera Obscura trouvent ici un nouveau et excellent titre phare des plus délectables.

Ce cinquième album du groupe de Glasgow s’écoute d’une traite, passant aussi vite qu’une journée ensoleillée de l’été : on s’y évade sans même y penser. Ses morceaux s’intègrent de ce fait idéalement dans leurs concerts et on ne peut que s’incliner devant tant de joie communicative.
tracklisting
    01. Intro
  • 02. This Is Love (Feels Alright)
  • 03. Troublemaker
  • 04. William's Heart
  • 05. New Year's Resolution
  • 06. Do It Again
  • 07. Cri du Coeur
  • 08. Every Weekday
  • 09. Fifth in Line to the Throne
  • 10. I Missed Your Party
  • 11. Break It to You Gently
  • 12. Desire Lines
titres conseillés
    Break It to You Gently, This Is Love (Feels Alright), Every Weekday
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste