logo SOV

Kaiser Chiefs

Education, Education, Education & War

Kaiser Chiefs - Education, Education, Education & War
Chronique Album
Date de sortie : 31.03.2014
Label : Fiction Records/Caroline International
25
Rédigé par Cyril Open Up, le 29 mars 2014
Bookmark and Share
Un groupe peut-il survivre au départ de son batteur ? Je suis certain qu'en cherchant bien, on peut trouver des dizaines d'exemples allant en ce sens. Un groupe peut-il résister à la fuite de l'un des auteurs des chansons ? Pour le coup, la réponse est certainement nettement moins tranchée. Fin 2012, en apprenant le départ de Nick Hodgson, batteur et compositeur, les fans se demandent si cet événement ne va pas signer la fin pure et simple de Kaiser Chiefs. En 2013, Vijay Mistry accompagne le groupe sur la tournée anglaise suivant cette défection et semble avoir été adopté depuis par la bande puisqu'il a participé à l'enregistrement de ce cinquième essai studio et sera normalement bien le batteur lors des prochains concerts.

Pour qui était présent le 9 mai 2005 à La Boule Noire lors de leur première apparition à Paris, il était évident à l'époque que Kaiser Chiefs étaient une véritable machine à tubes incandescents, prêts à agir sur l'auditeur tels des rouleaux compresseurs ne lui laissant d'autre échappatoire que la sudation intense et un état d'excitation certain. Il est difficile d'en dire autant des deux derniers opus qui n'arrivent pas à la cheville du très emballant Employment. Pour parvenir à rééditer l'exploit, ils se sont adjoints les services du producteur Ben H. Allen qui a déjà apporté sa patte aux disques de Deerhunter, Cut Copy et plus récemment aux dernières livraisons de Delphic et Bombay Bicycle Club. S'ouvrant par le doux bruit du souffle du vent, des cris de mouettes, des croassements puis un meuglement, on est en droit de se demander si cet enregistrement réalisé au pays de l'Oncle Sam a vraiment réussi à nos anglais.

D'emblée de jeu, le single Coming Home étonne quelque peu avec sa douce introduction mêlant une batterie frappée délicatement, une basse qui claque bien et une guitare aérienne en diable. La voix de Ricky Wilson se pose sur tout cela comme il faut puis, au bout d'une minute, patatras, c'est un horrible refrain calibré pour les stades qui prend la relève. Ou comment tout gâcher avec de l'art pompier...
En creusant bien, il y a cependant quelques belles idées sur Education, Education, Education & War. Ainsi, sur Misery Company, le backing vocal parlé ainsi que le refrain en forme de rire fonctionnent plutôt bien. Le début tonitruant de Ruffians On Parade est pas mal ficelé lui aussi. Une chanson comme My Life démarre également sur de bonnes bases, une autre comme Cannons et son virage qui l'entraine vers The Wall de Pink Floyd ne sont pas honteuses non plus. Alors où le bas blesse-t-il ? Il semblerait que le producteur ait un peu trop mis son nez dans tout cela. Le résultat est donc un mélange entre passages gracieux, pistes de rock efficaces auxquelles le groupe nous avait habitués et autres tentatives ressemblant plus à une bouillie sonore qu'autre chose et rendant l'écoute parfois difficilement supportable.

Ce cinquième album pas vraiment loupé mais pas vraiment réussi non plus, nous permettra de croiser à nouveau Kaiser Chiefs dans les salles de concerts et nous donnera ainsi l'occasion de réentendre quelques classiques, ce qui n'est déjà pas si mal. La prochaine fois, messieurs, tentez quand même d'y aller un peu plus mollo sur l'empilage de couches sonores...
tracklisting
    01. The Factory Gates
  • 02. Coming Home
  • 03. Misery Company
  • 04. Ruffians On Parade
  • 05. Meanwhile Up In Heaven
  • 06. One More Last Song
  • 07. My Life
  • 08. Bows & Arrows
  • 09. Cannons
  • 10. Roses
titres conseillés
    Cannons, Misery Company, My Life
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste